J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



Sweet Sixteen - revue de presse



Ci-dessous, les chroniques et articles de presse à propos de Sweet Sixteen (voir cette page pour la présentation du roman).
Merci pour votre enthousiasme... 





" Sweet Sixteen n'a pas volé son statut d'incontournable de la littérature pour la jeunesse ; facile à lire mais néanmoins cru et porteur d'un témoignage qu'il serait inconcevable d'enjoliver, ce roman d'Annelise Heurtier est à diffuser dans tous les CDI. A mon humble avis. "

http://pulco-suivezlepapillon.blogspot.fr/2017/09/sweet-sixteen-annelise-heurtier-2013.html






Récompenses : 

Prix NRP 2013/2014
Prix de la librairie Honoré 2013
Prix de la ville de Loudéac et de la Cidéral 2013/2014
Prix Ado'lire (Vaux-en-Velin)
Prix Livrentête 2014
Prix du festival de Cherbourg Octeville 2013/2014
Prix littéraire Ravinala du livre voyageur (collège F.Dolto de Madagascar)
Prix Aficion'ados 2015 (Mont de Marsan)
Prix Rebelles 2016 (Toulouse)




Sélections : 

Prix des incorruptibles 2013/2014
Prix A nous de Lire 2014        Prix Délire de Lire 2015 (saumurois)
        Prix NRP 2013/2014

Prix littéraires des costarmoricains
Prix des collégiens lecteurs de Gironde 2013/2014
        Prix du festival du livre jeunesse de Cherbourg Octeville 2013/2014
        Prix ados de la ville de Loudéac et de la Cidéral 

        Prix Ado'lire 2014
Prix du roman historique 2014 (Blois)
   Prix Hautes Pyréenées tout en auteurs (midi Pyrénées)
        Prix des lecteurs 2014 du Mans et de la Sarthe
Prix Garin des collèges (Chambéry)

Prix des dévoreurs 2014 (Eure)
       Prix littéraire des lycées professionnels du Haut-Rhin
       Prix de la librairie Honoré 2013

Prix lycéen de Talence 2014
       Prix Livrentête 2013/2014

       Prix Farniente 2015 (Belgique)
       Prix Gayant Lecture 2015

Prix Littérado 2013/2014 (Alsace)
Prix Un livre dans la peau 2014/2015 (Brignoles)
       Prix Lire@Sénart 2015

       Prix Gr'aisne de critiques 2014/2015
       Prix Passerelle 2014/2015
Prix Tapage 2015
       Prix littéraire des collégiens de haute savoie 2014/2015
Prix les goûts et les couleurs 2014/2015
Prix Ados Rennes Ile et Vilaine 2015
Prix Paul Langevin 2014/2015
Prix Sainte Beuve des Collégiens 2015
Prix Défi lecture lycées professionnels Rochefort et La Rochelle
Prix Marguerite Audoux des collèges
Prix littéraire Jacaranda (Maroc)
       Prix Littéraire Un Livre dans la Peau
        Prix Aficion'ados 2014/2015
Prix Histoires d'Ados 2015 (Eure et Loire)
Prix Libre2lire (Lille) 2015/2016
Prix littéraire lycée Albert Claveille 2015/2016 (Périgueux)
Prix Kitabu 2018 (Afrique du Sud)
Prix Marguerite Buet 2016/2017
Prix Saint Maur en Poche 2017





Traductions : 
Coréen, espagnol et catalan









Les chroniques sont à lire dans leur intégralité en cliquant sur le lien associé. 
Librairies, blogueurs : si vous ne souhaitez pas que des extraits de votre chronique soient présentés ici, n'hésitez pas à me l'indiquer !











[...]

Le récit, très rythmé, est construit sur une double narration : celle de Molly et celle deGrace, une adolescente blanche de bonne famille qui, sans nourrir une sympathie extrêmement développée pour les personnes noires, reste muette d'incompréhension devant la haine viscérale que portent ses amies à l'égard des 9 de Little Rock. Grâce à ce procédé, Annelise Heurtier fait se confronter deux mondes très différents avec brio. Les chapitres sont courts, le langage est fluide ; le roman se dévore en quelques heures mais reste longtemps présent à l'esprit. L'émotion est palpable, et même si je suis un peu frustrée que les destins se croisent sans forcément se chevaucher, je tire mon chapeau à cette histoire d'une grande force, que je conseille à tous dès la fin du collège.










[...]


Soixante ans après, la lecture de ces faits paraît relever de la science-fiction. Plus de mille soldats furent dépêchés à Little Rock pour assurer la protection de ces neuf jeunes, commandés par le président Eisenhower lui-même, en réaction au refus du gouverneur de l’Arkansas de laisser entrer des adolescents afro-américains dans le lycée blanc.
Une lecture utile qui, si elle peut aller plus en profondeur, constituera une bonne entrée à l’histoire de la ségrégation raciale pour un public de jeunes adolescents.








Les éditions Casterman le présentent comme « La couleur des sentiments pour les ados ». Comme si la littérature de jeunesse nécessitait toujours et encore un référent adulte pour asseoir sa valeur. Comme si un roman sur la ségrégation raciale en équivalait nécessairement un autre… Le roman d’Annelise Heurtier n’a pourtant rien à envier au comparant qu’on lui impose.
Dans Sweet Sixteen, aucune Blanche bienfaitrice ne vient au secours des pauvres Noirs désemparés et avilis. Les choses sont désespérément et violemment plus complexes. Inspiré de faits réels, le roman reprend l’arrêt de la Cour Suprême « Brown versus Board of Education » sous l’influence duquel Noirs et Blancs pourront désormais (nous sommes en 1954) fréquenter les mêmes établissements d’enseignement. Un arrêt de la Cour Suprême ne suffit cependant pas à calmer les réticences (un euphémisme coupable : parlons plutôt de rage insensée) des ségrégationnistes majoritaires dans le sud du pays. À Little Rock, en Arkansas, neuf ‘élus’ se préparent à une rentrée mouvementée. Mouvementée ? Encore un euphémisme pour ce véritable cataclysme de sentiments vécu par les intéressés. De rejet en insultes, d’humiliations en violences, l’auteure restitue l’atmosphère psychologique engagée par ces bouleversements. Et pour faire entendre des voix différentes, elle propose de donner intelligemment la parole à deux personnages successifs. Molly Costello fait partie des neufs étudiants Noirs à faire sa rentrée au milieu de deux mille cinq cents Blancs. Grace Anderson fait partie des deux mille cinq cents Blancs. Belle et populaire, elle assiste à l’humiliation des neufs Noirs à la fois victimes et héros du processus d’intégration. De quoi faire cheminer en elle un sentiment resté jusque là silencieux. Et le silence, Annelise Heurtier le maîtrise.

 [...]
Voilà, en somme, un roman à conseiller à toutes et à tous. Adolescents et adultes, sans distinction. Et, surtout, enseignants qui y trouveront une formidable occasion d’évoquer une part d’histoire (et d’esprit) souvent oubliée des programmes de littérature.










  • Magazine Citrouille n°65 











I have a dream…
Il y a cinquante ans, le 28 août 1963 exactement, Martin Luther King prononçait son discours « I have a dream » au Lincoln Memorial de Washington. Il est alors soutenu par le président Kennedy dans sa lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Cet anniversaire est l’occasion pour nous de vous présenter trois nouveautés jeunesse, trois coups de cœur, qui rendent hommage au courage de ces femmes et ces hommes qui se sont battus pour l’égalité des droits civiques.






En 1954, la Cour suprême des Etats-Unis rend inconstitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. Celles-ci sont donc désormais tenues d’intégrer les élèves noirs qui désirent y étudier. Ce roman "Sweet sixteen" s’inspire de ces faits réels pour évoquer la vie de 2 adolescentes : Grace, une jeune fille blanche issue d’une famille aisée, et Molly, une jeune fille noire qui fera partie des 9 premiers étudiants afro-américains à intégrer le Lycée central de Little Rock, dans l’Arkansas.

Un texte important qui raconte le racisme, le droit à l’éducation et les valeurs qui doivent toujours être défendues.









[...]
« Très proche de la réalité historique, sur un événement assez méconnu du grand public. Assez stressant aussi, car une certaine tension est toujours palpable. »





Un intelligent roman d’Annelise Heurtier sur les débuts de l’émancipation des Noirs aux États-Unis. Annelise Heurtier raconte un fait réel : l’obligation imposée aux autorités de Little Rock en Arkansas, en 1954, à la suite d’un arrêt de la Cour suprême, d’accepter que le lycée Central accueille des élèves noirs. Compte tenu du climat ambiant dans l’Arkansas et du déchaînement de violences que suscite cette initiative, les jeunes candidats devront être volontaires. Il y aura 9 jeunes, âgés de 14 à 17 ans, qui accepteront de tenter l’expérience. Un expérience terrible, qui se déroule dans un contexte de haine raciale dont on n’a plus idée à l’heure de l’Amérique d’Obama.

Annelise Heurtier a choisi de centrer son récit sur une des protagonistes, Melba Patillo, qui en 1994 a publié son autobiographie (Warriors don’t cry, a Searing Memoir of the Battle to integrate Little Rocks Central High). Elle a changé les noms, et Molly Costello est le personnage féminin principal.

Annelise Heurtier décrit l’intolérance, les groupes de pression pour interdire l’accès au lycée, les menaces, les provocations, les réunions organisées par les mères blanches hostiles, les multiples modes d’intimidation des élèves pour les obliger à renoncer. Ce qu’ils ne feront pas mais… aucun ne renouvellera l’expérience l’année suivante.

[...]

Un récit dans lequel la violence monte en puissance, alimentée par la peur et la bêtise. Un roman historique bien construit qui décrit une période pas si éloignée dans le temps… et qu’ont retracée récemment pour un public adulte le livre et le film La Couleur des sentiments.


Marie-Paule Caire















[...]


« Constamment harcelés, humiliés, réellement mis en danger, ces jeunes âgés seulement de quatorze à dix-sept ans (...) n'y resteront qu'une année. Une année d'une violence inouïe, qui nous fait mesurer le chemin qui a été parcouru depuis... et surtout, le courage qu'il leur a fallu pour le tracer. »
Volontairement romancé pour permettre aux plus jeunes de mieux appréhender le bras de fer politico-judiciaire engagé entre les intégrationnistes, la communauté afro-américaine et les progressistes, le récit d'Annelise Heurtier – extrêmement bien documenté – témoigne d'une étape capitale et néanmoins assez méconnue dans la lutte pour l'intégration.
Nathalie Ventax















  • Magazine Notes Bibliographiques Juillet/Août 2013







[...] 

Inspirée de faits réels, cette histoire rend compte d’une année scolaire qui a fait date, en un récit fluide, captivant. La construction alterne clairement les pages consacrées aux deux héroïnes, permettant de suivre leur évolution psychologique. Molly suscite, évidemment, l’admiration mais son courage, exemplaire, n’est pas traité de manière simpliste ; le combat et les doutes de l’adolescente sont rapportés sans pathos, avec réalisme et finesse. Le cheminement de Grace, dans sa lente prise de conscience de l’injustice et de la violence du comportement de ses pairs, pouvait être édifiant et sonner faux ; décrit avec sobriété, il constitue, au contraire, un des ressorts dramatiques de l’intrigue.

La romancière a évité l’écueil du manichéisme, même si on sort difficilement indemne du déchaînement de haine et de racisme qu’elle rend palpable. Car on ne peut, ici, faire abstraction de l’ancrage de la fiction dans le « fait divers » qui l’a inspirée. L’émotion ressentie en écho puise sa source dans notre indignation de citoyens du monde quand à l’intolérance s’ajoute le non-respect de la loi. D’écriture très classique, ce roman témoignage, à l’issue positive, offre aux adolescents un bel exemple d’engagement.
Livre du mois juillet 2013
Livre du mois août 2013





[...]

En 1954, la Cour suprême des Etats-Unis rend inconstitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. Celles-ci sont donc désormais tenues d'intégrer les élèves noirs qui désirent y étudier. Ce roman "Sweet sixteen" s'inspire de ces faits réels pour évoquer la vie de 2 adolescentes: Grace, une jeune fille blanche issue d'une famille aisée, et Molly, une jeune fille noire qui fera partie des 9 premiers étudiants afro-américains à intégrer le Lycée central de Little Rock, dans l'Arkansas. Dans ce contexte explosif, les deux adolescentes seront amenées à se rencontrer et à agir pour défendre ce en quoi elles croient. De leur vision des événements naît un récit fort en tension et en suspense. Un texte important qui raconte le racisme, le droit à l'éducation et des valeurs qui doivent nous être chères.












Une trentaine d'avis de lecteurs à lire ici : 
http://www.babelio.com/livres/Heurtier-Sweet-sixteen/475144








[...]C’est l’histoire de Grace, jeune adolescente blanche rêvant de devenir la reine du bal, et Molly, jeune adolescente noire rêvant d’avoir des droits. C’est l’histoire d’une amitié qui n’aura pas lieu, et pour cause : dans l’Arkansas de 1957, la ségrégation raciale est de mise. C’est l’histoire d’un pan de l’Histoire : l’intégration de 9 étudiants noirs volontaires dans le prestigieux lycée Little Rock. La loi contre la ségrégation vient d’être votée mais comment s’intégrer parmi 2500 blancs qui y sont farouchement opposés ? A force de courage, de détermination, de conviction aussi, de volonté, de résistance.
Les chapitres s’alternent entre les deux jeunes filles. La violence des faits est à la hauteur de l’importance de ce chapitre de l’Histoire des USA. Ces jeunes filles s’interrogent : Molly sur le bien fondé de son volontariat et la portée qu’il aura pour le futur, mais aussi sur la loi, la justice et Dieu ; Grace quant à elle observe la réaction des autres blancs, la violence de leur parole, le décalage entre les préjugés et la réalité. Grace c’est l’incarnation d’une prise de conscience, d’un changement à venir dans les mentalités des pays du Sud, un début d’acceptation. Molly c’est l’Histoire en marche, l’émancipation, le début du respect et de l’égalité des droits.
La plume d’Annelise Heurtier est fluide, réaliste et sensible, la pensée très bien construite, sa portée nécessaire et profondément humaine. Le lecteur est embarqué immédiatement, le roman se lit d’une traite et s’apparente parfois à un documentaire-fiction. Mention spéciale à la couverture : simple, esthétique et terriblement explicite. Et le titre que j’adore, qui fait référence à cet âge des possibles : 16 ans pour les filles aux USA, c’est une grande fête assez exubérante pour marquer le passage à l’âge adulte, avec la tradition des 16 bougies ( chaque bougie correspond à un membre de la famille et aux amis dans un ordre bien précis ).
Le genre de roman qui ouvre l’esprit, qui questionne sur le monde actuel à la lumière des événements passés : essentiel et nécessaire. Une lecture sensible qui ne peut laisser indifférent. *** coup de coeur ***





[...]

  Inspiré de faits réels et ponctué de références historiques, ce roman nous plonge en pleine ségrégation. Même si le personnage de Molly est inventé, l'auteur s'est inspiré de personnes réelles, à qui elle rend hommage à la fin du livre. On vit à travers elle l'enfer quotidien d'être né(e) noir(e) à cette époque. Brimades, humiliations, déchainements de haine, rien ne lui est épargné. Molly, d'abord terrorisée, comprend le rôle qu'elle pourra jouer pour faire avancer les choses et décide de mener à bien un combat pacifique pour la paix et l'égalité : ne pas baisser les bras et poursuivre sa scolarité jusqu'au bout. Quel courage quand on voit tout ce qu'elle subit ! 
  Le parcours de Molly se déroule en parallèle de celui de Grace, personnage tout aussi intéressant puisqu'elle finira par aller au-delà des préjugés de sa famille et de ses amies pour en arriver à reconnaître que Molly est son égale. Une main tendue qui redonnera espoir à Molly et la confortera dans son combat. 

  Un livre très touchant, avec des passages parfois difficles, qui m'a amènée à m'interroger sur la place encore importante du racisme dans notre société...

Ma note : 18/20




[...]

En prenant deux personnages, deux adolescentes de milieux très différents, l'auteur nous propose de suivre plusieurs points de vue.
Entre Molly et sa famille plutôt engagée, leur entourage plein de crainte, Grace un peu différente mais tout de même observatrice et ses amis vraiment actifs dans le maintien de la ségrégation, on découvre un large éventail de cette société, on découvre les arguments de chacun.
Molly souligne l'injustice dont elle est victime. Grace, presque malgré elle, la constate aussi.
 La réflexion dépasse les événements du lycée. On voit le Ku klux Klan agir. On frémit en lisant des scènes où ces dames se réunissent se faisant servir par une domestique noire tout en prévoyant comment empêcher leurs enfants de fréquenter des adolescents noirs.
Pour finir, on ressort de cette lecture avec l'envie de se documenter sur cette période.







Septembre 1957, La rentrée au prestigieux lycée de l’Arkansas se fait dans le chaos le plus total pour 9 lycéens noirs. Imaginez, neuf adolescents sans défense au milieu de deux mille cinq cents blancs ! Pire, des ségrégationnistes prêts à les réduire en miettes pour les empêcher d’accéder à un diplôme délivré par un lycée de blanc, pour leur interdire une bonne éducation!

[...]

En 2008, ces neufs ados – devenus depuis autant de symboles de liberté et d’égalités – sont invités par Barack Obama pour assister à son investiture en tant que premier président afro-américain des Etats-Unis !

Une histoire passionnante tirée de faits réels. A lire absolument, et dès l’âge de 11 ans!





[...]

Roman court inspiré de faits réels, Sweet sixteen est une histoire à deux voix, celle de Molly dont le quotidien vire à l'enfer et celui de Grace, élève blanche dans la même classe qu'elle, à prime abord plus intéressée par les garçons et par sa garde-robe mais qui au fil des pages va entrer en résistance. Évitant tout manichéisme, ce roman met en lumière les difficultés que chacun peut rencontrer dans une société sclérosée, bâtie sur des acquis infondés. Mais rien n'est immuable, Molly s'imagine qu'un jour le président des États-Unis sera peut-être noir, et pourquoi pas ? Les étudiants devenus septuagénaires ont été invités par Barack Obama lors de la soirée de son investiture en 2008.

"-Mais regardez-la, souffla Brook en secouant la tête. Mais regardez comme elle est habillée ! Et ses cheveux  ?
Dorothy pouffa. On n'avait pas idée d'avoir des cheveux pareils.
Judy murmura :
-Vous exagérez, je ne la trouve pas si moche, moi...
Brook et Dorothy se retournèrent brusquement. Brook demanda en articulant exagérément, comme elle se serait adressée à une attardée :
-Pardon ?
Judy rougit si fort que Grace en eut pitié pour elle. Elle répondit à sa place pour détourner l'attention :
-Il est presque dix heures, ça ne va pas tarder à sonner. Vous croyez qu'elle va venir en sport avec nous ?
Un flash traversa les yeux de Dorothy :
-Elle ne va quand même pas utiliser nos douches... et nos toilettes ? 
Brook secoua ses boucles :
-Impossible ! C'est interdit par la loi !
-C'est vrai, depuis le temps, ils auraient pu en construire d'autres, pointa Grace en entendant la sonnerie."











[...]
Annelise Heurtier dépeint les humiliations et la cruauté infligées au quotidien de façon sobre, sans tomber dans le misérabilisme facile. Si la fiction s’écarte parfois de l’Histoire, on sent toujours un grand souci de restitution dans la véracité des faits, notamment des batailles politico-judiciaires. Je craignais au départ de tomber sur une histoire un peu mièvre d’amitié impossible. J’ai découvert un roman subtil et profond sur un épisode finalement peu connu de la lutte pour les droits civiques. Et, alors qu'hier, on célébrait le cinquantième anniversaire du discours de Martin Luther King, Sweet sixteen, un roman au titre aussi doux que son sujet est dur, est à mettre entre toutes les mains, incontestablement.






[...]

Dans ce roman particulièrement bien écrit, pensé, mené, deux destins se croisent et finissent par se rencontrer. Celui de Molly Costello d’abord jeune adolescente noire qui va prendre le risque de cette aventure folle (on a du mal à imaginer aujourd’hui les réactions hallucinantes et la haine, la violence auxquelles, elle et ses camarades, vont être confrontés). En face, elle la blonde Grace Anderson, une des stars du lycée, celle qui fait chavirer les cœurs, notamment ceux des plus beaux garçons parmi les plus en vue du lycée.
Et puis il y a tous les autres et on découvre ébahis ces groupuscules d’extrême droite, alors majoritaires, capables de pires insultes, des pires actions, l’influence du KuKlux Klan, les médias, le fonctionnement de la justice américaine et des Etats fédéraux dont les gouverneurs ont un pouvoir certain notamment en matière d’éducation.
Avec son roman plein de sensibilité et d’intelligence, Annelise Heurtier nous embarque à la découverte d’une Amérique des années 1950 qui se cherche et est en plein mouvement d’émancipation des populations noires, de lutte contre la ségrégation…
On découvre également la vie de ces lycéens, leurs réactions, leurs pensées les plus immondes et celles des deux héroïnes qui vont voir leur « Sweet Sixteen » avoir et garder à tout jamais un goût étrange et amer. La voie vers la liberté et l’égalité s’ouvre mais la route sera longue et semée d’embûches.
Un roman fort et magistral pour partager deux destins et l’Histoire d’un pays. A découvrir sans faute c’est excellent.


Jean-Luc







Une couverture que nous trouvons particulièrement réussie et qui annonce  "la couleur" si je puis dire. Ce roman est inspiré de faits réels  et d’un épisode important de la lutte pour les droits civiques des afro-américains.
[...] 
Une  écriture  directe percutante parfois choquante  mais profondément réaliste et humaine car il insiste sur l’héroïsme des deux protagonistes.
Eliane T.



  • Magazine Je bouquine (Juillet 2013)


avec l'avis d'Antonin G : 

Mon avis :
Riche en émotion, Sweet Sixteen est un roman formidable nous rappelant avec quelle injustice ces 9 étudiants ont été traité et à quel point il était dur de vivre entant que Afro-américain à cette époque. Mainte fois ,en lisant ce roman, je ressentais une sorte de rage  après avoir lu les atrocités et les humiliations quotidiennes que subissaient ces adolescents.
À coté de cela, on se régale d\’une écriture fluide et d\’une histoire passionnante.
Pour finir, je comparai ce drame aux polémiques actuelles, du fait qu\’on refuse que certaines personnes ne disposent pas des mêmes droits que certaines. (j\’espère que vous ne partirez pas dans un débat interminable après cette réflexion)





  • Magazine Géo Ados (Juillet 2013)








Fichtre, je n'arrive pas à copier le texte...Seule solution : cliquer sur le lien !







[...]

Ce roman, inspiré de faits réels, relate cette terrible expérience : le plus prestigieux lycée de l'Arkansas, Little Rock, ouvre ses portes pour la première fois à neuf étudiants noirs volontaires. La loi doit être respectée. Face à eux, 2500 autres sont prêts à leur faire regretter ce choix, considéré comme un affront intolérable. Molly fait partie des volontaires. Elle va se trouver embarquée dans une histoire qui rejoint la grande. Il lui faudra affronter la peur, les insultes, les coups bas, le mépris,...et c'est peu dire. Avec le soutien de sa grand-mère Shiri et de sa mère Erin, ce sont trois générations de femmes qui, bien malgré elles, vont écrire un pan de leur propre histoire, celle de l'acceptation de leur statut d'être humain à part entière. Une expérience fondatrice pour Molly, qui fêtera ses 16 ans cette année-là, ses "Sweet sixteen", dans des conditions qu'elle n'aurait jamais pu imaginer, même dans ses pires cauchemars.

[...]

Ce roman m'a réellement appris sur un sombre épisode de l'histoire américaine : il y a bien sûr la figure évoquée de Martin Luther King, du Klu Klux Klan et ses méthodes barbares, la ségrégation raciale et ses tristes faits, mais je ne savais absolument pas que cette expérience avait été menée. Il est intéressant de noter aussi l'imbroglio politique américain et ses contradictions dont sont otages les protagonistes de cette histoire. Le récit est tellement bien mené qu'on se croit non pas dans un roman, mais dans un documentaire-fiction.  

Merci à l'auteure d'avoir soulevé ce pan très méconnu de l'histoire américaine : c'est un roman coup de poing, un roman qui claque. Très bien écrit, très bien construit et qui pose l'essentiel. Et qui fait réfléchir...






[...]
un roman qui, donnant tour à tour la parole à Molly et à Grace, permet à l'auteure d'exposer les points de vue de chacun, et nous plonge dans des milieux que tout sépare. Une histoire captivante, des chapitres courts, aux scènes très cinématographiques, où se mêlent habilement vérité historique et fiction. Un livre engagé, parfaitement adapté pour parler à un jeune public des horreurs du racisme.
Agathe Bozon






[...]
Ce roman met très justement en avant les faits, le courage qu'il a fallu aux étudiants noirs, mettant particulièrement en lumière le personnage de Molly Costello (Melba Pattillo dans la réalité) et les violences, humiliations et agressions exercées par les Blancs. À peine 60 ans plus tard, tout cela paraît si inconcevable, démesuré et stupide et pourtant, les faits sont là, et font froid dans le dos. Le personnage de la jeune étudiante blanche, Grace, est intéressant car le lecteur la sent basculer, du moins troublée et dans le doute, et se détacher peu à peu des manifestations de ses amis et de leurs parents. Mais à quel prix ! Car les Blancs qui montraient un tant soit peu d'empathie pour les Noirs étaient tout autant agressés.
Un roman éclairé par quelques précisions historiques réelles en préface et postface, qui montre combien la lutte a été dure mais pas vaine, même s'il a fallu du temps, beaucoup de temps.
Intelligent, pas moraliste, facile à lire et forcément frappant : pour ne pas fermer les yeux sur cette période de l'Histoire.

Sélectionné pour le prix des lecteurs 13-16 ans de la Ville du Mans / dépt de la Sarthe 2014.




[...]
Dans le roman, les noms des personnages sont changés et l'auteur imagine les sentiments de solitude et d'isolement  d'une jeune fille qu'elle a appelé Molly dans les deux communautés qu'elles soient noires ou banches. Mais les faits historiques sont réels : laviolence des femmes blanches, bien comme il faut, la haine raciale de jeunes a qui on a bourré le crane depuis leur naissance, la peur des représailles pour les noirs qui se trouvent tous en ligne de mire, le Klu Klux Klan...
Le style est simple et abordable pour des collégiens, il y a l'aspect historique qui devrait les révolter mais aussi de histoires d'adolescents. J'ai beau connaitre assez bien la période des droits civiques aux États Unis pour l'avoir étudiée avec mes élèves de 3ème, je ne connaissais pas l'histoire des "Little Rock Nine" et j'avoue que ce roman qui met en lumière les sentiments ressentis par les jeunes, m'a beaucoup plu. Il y a un petit côté "La couleur des sentiments" pour les jeunes avec un point historique fort.
Je l'ai lu juste après avoir lu "Crimes et jeans slim" et forcement, la futilité des filles dépeintes dans cet autre roman et l'incapacité du personnage principal à s'affirmer face à des jeunes filles prétentieuses me semble vraiment à des années lumières de la vie de ces jeunes qui ont eu à affronter une telle violence et un tel mépris. 






[...]
Avec Sweet Sixteen, Annelise Heurtier signe là un excellent roman sur une question qui reste relativement difficile à saisir pour le jeune lecteur. La narration, construite par le partage du récit entre les points de vue des deux adolescentes, est un procédé qui reste fréquent dans la littérature jeunesse mais qui sert là parfaitement le roman. Si c'est autour de Molly que l'intrigue se construit, c'est finalement le personnage de Grace qui connaît le parcours le plus intéressant, chahutée entre la raison et la légèreté, elle trouvera sa voie et fera de ses sweet sixteen une année de transition importante qui  portera dans ce roman historique, une deuxième voix, celle du roman initiatique à la teinte humaniste.  *** Coup de coeur *** .











[...]

Le lecteur suit ces évènements à travers les yeux de Molly et Grace, deux adolescentes que tout sépare, de la situation sociale jusqu'à la couleur de peau. Cette division des points de vue apporte énormement à l'intrigue, car elle permet ainsi de montrer le fossé entre les deux "camps", la complexité de la situation. Molly et Grace sont d'ailleurs des héroïnes courageuses et volontaires et leurs regards restent lucides. Alors que la marche de l'Histoire chamboule complètement leur quotidien, les forçant à faire des choix qu'elles assument plus ou moins, les deux jeunes filles perdent rapidement leurs repères mais ne renoncent pas à leurs rêves. C'est à travers leurs quotidiens, et l’année décisive de leur "sweet sixteen" que ce conflit est abordé. Car leurs seize ans marqueront le début de leur vie d'adulte. La perte d'une partie de leur innocence.
Sweet Sixteen est donc un roman qui associe la saveur sucré de l’adolescence à une certaine acidité due au sujet : ségrégation scolaire, racisme, lynchage, émeutes… Dans un style concis, qui va à l’essentiel, Annelise Heurtier nous dépeint une hystérie humaine d’autant plus choquante que ces situations ont réellement eu lieu par le passé. L’auteur évite cependant de sombrer dans le pathos.
Récit sur le passage à l’âge adulte, les désillusions et les espoirs, Sweet Sixteen allie donc Histoire et fiction avec brio. Ce roman est excellent pour s’instruire et réfléchir, car l’époque à laquelle se déroule l’action de ce roman n’est pas si lointaine de la notre. Annelise Heurtier nous propose ainsi de garder ces événements à l’esprit, pour que plus jamais ils ne se reproduisent. Pour nous rappeler qu'il faut se battre pour que l’égalité triomphe. [...]









sweet sixteen, annelise heurtier, casterman, roman ado,

[...]
Sweet Sixteen est un roman choral. Molly nous raconte son quotidien, son choix de faire partie des volontaires pour cette expérience extrêmement risquée, tandis que Grace, une adolescente blanche, 
d'abord hostile à ce projet, va progressivement changer d'avis sur la question, alors qu'elle est entourée par des personnes très conservatrices. Les chapitres alternent les voix des deux jeunes filles, qui nous racontent la ségrégation sur fond de rêves d'adolescentes. L'écriture est fluide et agréable, le lecteur est vite entraîné dans le tourbillon des évènements et se laisse aisément embarquer dans les pensées des deux protagonistes. On suit d'abord le cheminement de Molly, sa décision de tenter l'expérience, la discrimination à laquelle elle doit dès le début faire face. Elle vit dans une famille très unie qui, malgré la peur, la soutient jusqu'au bout du roman. Grace, quant à elle, ne se sent guère concernée par le sujet, même si elle a tendance à suivre l'opinion de ses amies très impliquées dans le maintien de la ségrégation. 
Au fur et à mesure du roman, au contact des neuf élèves noirs et plus spécialement de Molly, elle va se poser des questions sur la différence et progressivement réviser son jugement en constatant de nombreuses incohérences entre ce qui est dit sur les noirs et la réalité. 
Le plus impressionnant dans ce livre est probablement la manière dont est décrite la violence. Elle apparaît de manière croissante, d'abord insidieuse lorsque Molly se voit refuser l'achat de lait par l'épicier, puis beaucoup plus visible lors de l'entrée au lycée. C'est une véritable haine des noirs qui 
est montrée ici et de nombreuses scènes sont tout simplement effarantes, la violence atteint un tel 
extrême que des militaires sont chargés de protéger les étudiants noirs dans l'enceinte de l'école. Molly doit faire face aux injures et à l'humiliation quotidienne, à l'acharnement des blancs, à la peur surtout. Chacun des neuf est poussé à bout, certains abandonnent, d'autres sont pris au piège, et Molly est régulièrement en proie aux doutes. Elle peut heureusement compter sur un groupe de résistance mené par Maxene Tate qui lutte pour la reconnaissance des noirs et contre le Ku Klux Klan, organisation qui menace toutes les personnes apportant un soutien aux noirs.
Si le sujet traité est difficile, l'ensemble est néanmoins allégé par des préoccupations d'adolescentes, de la manière dont on doit s'habiller pour la prochaine sortie au bowling au sourire échangé avec cet 
inconnu au lycée...

Un très bon roman !
Chronique de Camille.



[...]


Sur un sujet fort et complexe, Annelise Heurtier a choisi la double narration, celle de Molly donc, et celle de Grace, jeune Blanche de la bourgeoisie élevée dans la tradition ségrégationniste mais qui aura l'intelligence d'écouter son cœur. Ce faisant, l'auteure peut facilement donner à voir les idées, les envies et l'incompréhension qui courent de part et d'autre de cette démarcation par la couleur de peau. Aussi bien Molly que Grace fonctionnent par élans, refrénés. Le lecteur suit leurs émotions page après page, happé par des réalités historiques bouleversantes.
Autant Molly a conscience d'ouvrir une brèche et d'initier de nouveaux comportements (quitte à sacrifier son année scolaire), autant Grace, adolescente coquette et amoureuse, agit d'abord sans trop comprendre, mais sûre de ses opinions. Touchantes chacune à leur façon, elles assurent un rendu de multiples anecdotes du quotidien : domestique noire comme invisible dans une réception, refus de l'épicier de vendre du lait, etc, etc, la liste est sans fin. Avec une montée dramatique finale où on ne l'attendait pas, le roman brosse ainsi un portrait de l'Amérique sudiste des années 1950 aussi lisse que peu reluisant. Rosa Parks est déjà montée dans le bus, Martin Luther King interviendra bientôt : la lutte pour les droits civiques ne cessera plus, et Molly (prénom ré-inventé) en aura fait partie pour toujours. Un solide et limpide roman à lire dès 11/12 ans.


Sophie Pilaire









[...]

Le roman se présente sous la forme d'une sorte de journal intime avec une alternance de récit : celui de Molly, jeune étudiante noire, et celui de Grace, une étudiante blanche populaire dans la même classe que Molly. L'événement est donc vécu à travers le regard et les sentiments des deux jeunes filles qui n'ont à priori rien en commun.

L'auteur parvient à retransmettre parfaitement les ressentis d'injustice de Molly et nous amène à une réflexion sur la différence, la tolérance. La force du récit nous amène également à penser qu'il paraît peu croyable que certaines choses décrites dans le roman aient pu se produire. Mais la vérité historique est là. 

Un très beau roman.








[...]


Dans Sweet sixteen, et aussi fou que cela puisse paraître, les faits racontés sont bien réels. Annelise Heurtier s'attache plus particulièrement à l'histoire de Molly et de Grace. Elle choisit une narration à deux voix, on passe ainsi du quotidien de Grace, jeune fille blanche issue d'une bonne famille à celui de Molly, jeune fille noire qui doit se battre jour après jour et à qui rien n'est épargné. Ce choix d'alterner la focalisation du récit ainsi que les chapitres assez courts renforcent le côté percutant du propos.

C'est ce qui fait la force du roman : on va à l'essentiel, pas de fioritures, l'auteur nous plonge dans ce contexte oppressant au même titre que nos héros. Nous nous sentons pris au piège, et nous le sommes ! Nous devenons tout à tour l'une et l'autre, le malaise s'installe et l'incompréhension grandit. Pourquoi ?  Ce roman, écrit à partir d'évènements s'étant produits, est un véritable coup de poing, il rappelle ce qui a été -et ce il n'y a pas si longtemps- et ce qui pourrait être à nouveau…
Un livre coup de cœur, à conseiller aux plus jeunes comme aux plus âgés, afin d'éveiller -de réveiller- les esprits pour que plus jamais cela ne recommence…









[...]


Par la fiction, Annelise Heurtier nous fait revivre d’une façon saisissante une page marquante de l’histoire de la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains. Car les « neuf de Little Rock » évoqués dans son roman ont réellement existés. Ces jeunes plein d’espoir ont tenté par leur courage de faire évoluer les mentalités au péril de leur vie dans un pays alors profondément ségrégationniste.
Dans son histoire, forte et universelle, l’auteur propose judicieusement à ses lecteurs une double vision des événements de 1957 à travers le point de vue de deux de ses personnages de fiction à l'aube de leur « Sweet Sixteen » : celui de Molly Costello – inspiré de celui de Melba Pattillo – qui va être confronté de plein fouet au racisme et à la violence mais, qui, malgré les humiliations et les insultes, continuera son année scolaire au sein du lycée ; et celui de Grace Anderson, jeune fille Blanche qui va progressivement prendre conscience de la gravité de la situation et rejeter les convictions révoltantes de son milieu d’origine, quitte à se mettre elle-même en danger.
Un roman nécessaire qui n’édulcore en rien la réalité des événements de cette année scolaire exceptionnelle de 1957, porté par des personnages adolescents très attachants, campés avec beaucoup de crédibilité, qui écrivent avec courage une page de leur Histoire. A lire impérativement !






[...]
Sweet Sixteen d’Annelise Heurtier est un roman aussi efficace que ces quelques lignes lapidaires en 4ème de couverture. Sweet Sixteen se réfère également à l’anniversaire des 16 ans, moment hautement symbolique pour nombre d’Américains. Grace et Molly, les narratrices, s’apprêtent à les fêter dans des conditions très différentes. Molly est noire, Grace, Blanche. Bien que la ségrégation raciale soit abolie depuis 1956, le gouverneur de « Little Rock » n’entend pas laisser 9 jeunes Afro-américains intégrer le lycée public. Molly est l’une d’entre eux. Il s’ensuivra un déferlement de haine et le maintien de l’ordre ne sera rendu possible que grâce à l’intervention du Président des Etats-Unis et de son armée.

Tout en s’inspirant de faits historiques, Annelise Heurtier a choisi la double narration, celle de Molly donc, et celle de Grace, jeune Blanche de la bourgeoisie sudiste. Tout les oppose, si ce n’est leur passion commune pour la musique « afro-américaine » comme le do-wop de Frankie Lymon dont nous venons d’entendre quelques notes.

L’auteure n’évite pas certains stéréotypes quant aux personnalités de l’une et de l’autre des protagonistes. D’un côté, Molly, l’étudiante noire figée dans son rôle de victime et invariablement courageuse. De l’autre, Grace, la lycéenne blanche, de prime abord pimbêche, qui va revoir son jugement sur la condition des noirs. En revanche, cette alternance de points de vue, cristallise, dans une courte fiction, accessible à tous, les enjeux sociaux et politiques de l’Amérique des années 50.

Entre les événements de « Little Rock », méconnus du jeune public, et l’investiture de Barack Obama en 2008, un « petit » demi-siècle s’est écoulé et il y a fort à parier que les adolescents, dès 11 ans, se plongeront avec passion dans ce roman limpide et parfaitement documenté. [...]






[...]
  Annelise Heurtier, par une plume limpide et concise, réussit à nous immerger dans l’ambiance oppressante de l’époque. La narration à deux voix apporte un effet miroir du quotidien de deux lycéennes (noire et blanche) dans la tourmente. Molly, l’étudiante noire, m’a beaucoup émue par sa détermination et son intégrité. Jusqu’au bout, elle n’abandonne pas, même lorsque son combat vient à briser le plus beau moment de sa vie de jeune fille, son seizième anniversaire, le fameux "sweet sixteen" si important aux Etats-Unis. Rejetée de tous, blancs comme noirs qui lui en veulent de ne pas rester à sa place, la jeune fille se repose sur sa famille et ne se laisse pas abattre. Comment ne pas être émue aux larmes par ce personnage inspiré d’une jeune fille réelle et qui a eu à subir tant de vexations ? L’envers du décor, ou l’autre face d’une même pièce, est apporté par Grâce, une jeune fille blanche qui fait sa rentrée en même temps que les huit étudiants, et dont la lente prise de conscience ajoute à notre révolte. Quand elle se décide enfin à tendre la main vers Molly, dégoûtée par ce racisme ambiant, on lui en fera payer le prix fort. Ponctué de faits historiques, le récit est en quelque sorte une vitrine de l’époque et un devoir de mémoire envers un combat qui est, malheureusement loin d’être fini… Un livre que je me verrais bien conseiller dès le collège.










[...]
L'écriture est directe, percutante, les dialogues choquent par la banalité des insultes et des idées reçues. On avance dans la tempête aux côtés de ses élèves qui ont joué un rôle crucial dans l'histoire de la ségrégation et de son abolition, si difficile et contestée dans le Sud des Etats-Unis. Ce roman est idéal pour aborder cette page de l'histoire, et pour parler du racisme en général, pour tous lecteurs à partir de 15 ans.

Posté par Juliah43 



Il est rare que nous chroniquions un roman pour la jeunesse avant qu'il ne soit dans les bibliothèques de la Ville de Paris mais nous ne pouvons attendre de vous conseiller de réserver ce titre dès qu'il sera dans le catalogue des bibliothèques de la Ville de Paris.


[...]

Library of Congress, U.S. News & World Report Magazine Photograph Collection




Ce bref roman raconte cette histoire en décrivant deux parcours, ceux de jeunes filles que tout oppose, la jeune Molly née dans une famille modeste, qui connait toutes les discriminations depuis sa plus tendre enfance, qui a vu les crimes de la ségrégation et la jeune Grace, née dans une famille riche, qui a vécu dans un cocon protecteur et ne connaît rien de la vie. Ce bref roman raconte aussi leur rencontre et les répercussions d'un geste tout simple de solidarité, les deux jeunes filles, à l'ombre de leurs 16 ans, en seront changées à jamais.

New York World-Telegram and the Sun staff photographer: Albertin, Walter, photographer.


[...]


Ce récit est d'autant plus fort qu'il ne cherche pas le sensationnel, il insiste davantage sur les réalités de la ségrégation et l'héroïsme ordinaire donc extraordinaire des deux héroïnes, Molly et Grace.

Fabrice Barcq, le 8 mai 2013







[...]
Ce récit, écrit à partir de faits réels, est dur, rempli de violence, mais aussi d'espoir et de courage. Il a fallu des personnes comme ces 9 adolescents pour faire avancer les choses. 
Je suis contente d'en connaître un peu plus sur ces événements marquants de l'histoire des États-Unis.

Un jour, dans 50 ou 60 ans, existera-t-il un récit inspiré des manifestations de 2013 contre le mariage pour tous ? Restera-t-on perplexe en se rendant compte qu'en 2013, certains étaient farouchement contre le mariage de deux personnes de même sexe ? 

L'Histoire se construit peu à peu autour de nous, et avec nous. Il est nécessaire parfois de regarder derrière soi, pour comprendre le présent. 

Voici un roman que je conseille à tous, adolescents ou adultes, pour en savoir plus sur cette période. De l'Histoire dans une histoire. Un livre assez court. Une tranche de l'Histoire nécessaire à sa culture générale. 







  • En vidéo "C'est mercredi que lisez-vous ? "

http://www.youtube.com/watch?v=WZFhpS8Zi04














Quel livre ! Quelle histoire ! Et tout ça raconté par une Française. Une Française, Annelise Heurtier, qui s'approprie un pan de l'histoire des États-Unis, le début de la déségrégation, comme si elle y était. Dévoré en deux heures, le temps d'un aller-retour en RER pour aller voir le groupe Texas présenter dans l'émission Le Ring une partie, un peu molle, de son album à paraître, une reprise d'Elvis (le chanteur proscrit dans les beaux milieux, comme vous le lirez dans Sweet Sixteen. Vous voyez que ça a un rapport !), et quelques anciens titres qui ont enfin mis le feu à la salle. Dévoré en deux heures, donc trop court.
C'est le seul reproche que j'ai à faire à ce roman : on en veut encore. Non par voyeurisme, non par sadisme, mais parce que c'est intéressant, parce qu'on a bien compris l'enfer que vivent ces neuf Noirs autorisés pour la première fois à étudier dans une école pour Blancs, mais qu'on aimerait ne pas les quitter là, qu'on aimerait les suivre plus longtemps, pendant l'année et après, suivre leur chemin, les accompagner dans leur lutte contre le racisme et pour la liberté.

[...]



Sur à peine plus de deux-cents pages, Annelise Heurtier nous raconte l'année scolaire avec une force étonnante et sans pathos. Le but n'est pas de faire pleurer dans les chaumières, mais de relater un épisode tragique mais salvateur, sans en enlever la violence et sans y rajouter de fioritures. Et je dois dire que le but est atteint à la perfection.
L'auteure demande avec humour dans son mot final si nous sommes prêts à recommencer, à la lire de nouveau. Si ses deux autres romans sont aussi impressionnants, je ne marche pas : je cours.

« Le cœur de Molly se mit à battre la chamade. Ils avaient beau faire partie de quelque chose de grand, de juste, quelque chose qui les dépassait, il n'en restait pas moins que, maintenant, c'était à eux seuls de se lancer. À eux de le vivre.
La porte de la voiture s'ouvrit sur des cris assourdissants.
Molly plaqua ses mains sur ses oreilles et suivit ses compagnons en direction de la porte, sous les huées de la foule contenue par les policiers. Elle s'engouffra à l'intérieur comme on se rue dans un abri pendant l'orage. La porte se referma dans un claquement métallique, et les hurlements devinrent plus lointains. Molly écarquilla les yeux. Ils avaient réussi. Ils étaient entrés. » page 109

À vous d'entrer.









[...]

C’est incroyablement difficile de lire un texte comme celui-ci parce que plusieurs personnages sont, comme c’était l’usage à cette époque, très ouvertement racistes et qu’ils ne se gênent pas pour échanger des répliques terriblement méchantes. Heureusement, on ne tombe jamais dans le voyeurisme malsain. Oui, certaines scènes sont plus difficiles que d’autres parce que l’époque le veut et qu’il est important de montrer toute cette violence quotidienne à laquelle ont dû faire face les neuf jeunes noirs qui ont intégré Little Rock,  mais on reste dans l’ordre du nécessaire et, surtout, ce la réalité. Oui, des milliers de ens sont venus de partout aux États-Unis pour manifester cette journée-là, oui, le gouverneur a envoyé des soldats pour empêcher ces neuf élèves de pouvoir pénétrer dans l'école, oui, le Ku Klux Klan s'en est mêlé... En outre, c’est  hyper intéressant de découvrir de l’intérieur cette époque et surtout ce moment marquant de l’histoire aux États-Unis. D’ailleurs, le choix de l’auteur de mettre en scène tant des Blancs que des Noirs est judicieux, permettant d’avoir un regard complet sur ce qui se passe.
Annelise Heurtier a fait un superbe travail de reconstitution des habitudes sociales, de la visite au marché jusqu’aux sphères politiques en passant par les rencontres entre mères au foyer. Le récit est d’ailleurs intéressant à cause du fait qu’il colle à l’histoire réelle, mais l’idée d’en faire une fiction  permet l’utilisation d’accroches qui rendent la lecture encore plus captivante.
En bref ? Un récit pertinent et nécessaire qui fait mesurer le chemin parcouru et qui donne surtout envie de travailler afin d’éviter tout retour en arrière !
Si vous avez aimé, vous pourriez avoir envie de découvrir l’histoire de Rosa Parks dans le roman Le voisin, Rosa, les poissons et moi.









  • La caverne des idées

http://lacavernedesidees.hautetfort.com/archive/2013/05/10/sweet-sixteen.htmlaverne

[...] Annelise Heurtier nous livre un roman bouleversant, où on se prend de plein fouet les insultes,les humiliations, les coups. Avec ses mots si justes, l'auteur rend palpable toutes les brimades, on les ressent, vraiment. En passant de Molly à Grace, d'un monde à l'autre, de la souffrance à la prise de conscience, cette jeune écrivain met en évidence la réalité : elles vivent l'une à côté de l'autre, et non l'une avec l'autre. Quand les deux univers se télescopent,  les étincelles nous éclaboussent de cruauté mais aussi  de tolérance.
 Car oui, la haine raciale est à chaque page, mais il y a aussi de la fierté, des petits moments de bonheur, et puis aussi surtout l'optimisme qui finalement est le maître mot de ce roman.
 Sweet Sixteen est le troisième roman d'Annelise Heurtier. Le carnet rouge, son précédent, était aussi un roman poignant sur la quête d'identié d'une jeune fille d'origine népalaise. En trouvant ce carnet, Marie apprendra enfin d'où elle vient, pour enfin savoir où elle va..
 A travers l'histoire de deux jeunes filles, fortes, exceptionnelles, Annelise Heurtier nous offre un morceau d'Histoire, bien écrit, accessible à tous. En bref, un roman jeunesse pour tous les lecteurs de 12 à 77 ans !
 Pour qui ?
Pour ceux qui ont été touché, qui ont aimé "La couleur des sentiments",
Pour ceux qui veulent faire un bond dans l'histoire, et attérrir dans un monde qu'il ne faut jamais oublier. N'oublions les Neuf de Little Rock, pour leur courage !
Sonia.






[...]

Je m'attendais à un roman fort, des insultes voire des coups mais certainement pas à ce que j'ai lu. Je n'ai pas pleuré mais j'ai eu très souvent une boule au ventre en lisant ce roman. On se demande régulièrement "Mais comment cela a t-il pu se produire? Après tout c'était il y a quelques années seulement !". 
Le roman jeunesse ne cause pas de tort à l'histoire, hormis qu'elle est assez courte, j'ai beaucoup apprécié l'écriture de Annelise Heurtier (une française oui !) et j'ai hâte de lire un autre roman de sa plume.
Je vous conseille fortement ce roman qui vous permet d'apprendre, comprendre et surtout vivre la ségrégation. Après cette lecture je suis sûre de me procurer La couleur des sentiments de Kathryn Stockett qui est un roman pour adulte et qui aborde aussi la ségrégation raciale.

Note: 16/20









[...]
Sweet sixteen est passionnant car on y découvre une réalité très forte et bien que nous sachions tous que l’intolérance ne disparaitra jamais, ce livre nous rappelle qu’elle peut être combattue.
Marie Amélie





 


[...]
  • L'écriture d'Annelise Heurtier est très efficace, sans en faire des tonnes, elle nous fait passer les messages et les émotions qu'elle souhaite, et reste accessible à tous.
  • Cette histoire est juste incroyable, basée sur des faits réels (un peu romancés), on a à la fois du mal à y croire, et à la fois, on sait... Cette histoire fait partie de l'Histoire américaine. Les noirs étaient vraiment traités comme ça dans les années 50, et c'est juste révoltant. Révoltant parce que c'était il n'y a pas si longtemps que ça, quand on regarde bien (c'est vrai, c'est quoi 60 ans à l'échelle de l'humanité !) C'était nos arrières grands parents quoi !! (enfin ceux des américains d'aujourd'hui en tout cas) et c'est incroyable de se dire que les blancs étaient si...c.. !! grrr ! Mais là n'est pas le pire. Le pire c'est de SAVOIR qu'aujourd'hui, 60 ans après ces évènements, 60 ans après que quelques noirs aient changé l'histoire, aient prouvé qu'ils n'étaient pas inférieurs (et à quel prix !), aient gagné les droits de leur peuple de haute lutte, savoir que certains de nos congénères n'ont pas évolué, et sont restés xénophobes. Ça me rend malade...

[...]













[...]
Ici, tout est mis en place pour nous plonger dans cette ambiance particulière, mélange d’épée de Damoclès pour certains, et de mission inexplicable pour d’autres. La violence, la peur sont tout aussi palpables que ces petites lueurs d’espoir et d’envie qui brillent dans certains personnages, futurs héros de toute une période.
La manière d’amener les choses, les personnages qui nous sont présentés, ceux que l’on suit tout particulièrement, tout ceci permet de se trouver particulièrement touché par ces histoires croisées que l’on nous raconte, d’avoir le cœur serré devant certains passages qui nous semblent si injustes, de ne pouvoir s’empêcher d’espérer que l’une ou l’autre de ces personnes que l’on nous montre va finir par comprendre, va nous surprendre dans le bon sens, va faire évoluer les choses.
[...]
Voilà donc un roman plein d’émotions, un roman qui nous renvoie à cette période noire de racisme omniprésent, un de ces romans qui nous rappelle les horreurs du passé, un roman mémoire qui ne peut que nous toucher par tous ses accents de vérité, un roman à découvrir tout simplement. 

















[...]
Le roman alterne les récits focalisés tantôt sur Molly et tantôt sur Grace. Cela nous permet une comparaison entre leurs deux vies opposées mais aussi de trouver des points de convergence entre elles. Cette alternance est parfois radicale tant l’existence dorée de Grace, dont la seule occupation est parfois de trouver une tenue et ses accessoires coordonnés, met en avant le cauchemar que vit Molly.
Ancrés dans une réalité historique, ces événements font d’autant plus froid dans le dos. Ce roman est un gros coup de cœur, je le conseille dès 12 ans puisque je l’ai trouvé facile et rapide à lire. 








Cela fait quelques jours que je le [ ce livre ] vois tourner sur la blogosphère. Aussi quand je l’ai vu proposé à une masse critique de Babelio, je n’ai eu d’yeux que pour ce livre. Comme je ne le regrette pas! Je précise que les romans jeunesse et moi, ça fait deux. Pour moi, les univers se limitent souvent à de la fantasy, des vampires, des romances et d’ailleurs je n’arrête pas de les confondre avec le Young Adult. Ce livre a tout simplement levé mes préjugés sur cette catégorie.
[...]
En lisant ce récit, on est rapidement touché par leur histoire. Annelise Heurtier rédige sans pathos et avec délicatesse. Il n’y a pas d’interférence, on est réellement plongé dans leur vie, sans pour autant être submergé par des états d’âme larmoyants qui auraient pu parasiter le message. J’ai beaucoup apprécié cette pudeur qui permettait ainsi  d’avoir une approche plus mesurée du récit, et d’être plus réceptif aux rebondissements.
[...]
Aussi curieusement que cela puisse paraître ce récit est jeunesse. Je suis peu habituée à en lire, mon dernier coup de cœur remontant à une lecture d’adolescence: A la croisée des mondes. Mais celui-ci m’a véritablement séduite, et je pense que dans la tête d’un enfant la confrontation des deux vies de Molly et Grace lui fera comprendre à quel point il a été dur d’amener à faire vivre égalitairement deux êtres humains dont la différence se réduit à la couleur de peau. Rien n’est inné, et de nombreux combats méritent d’être menés pour permettre à chacun d’accéder aux mêmes droits que d’autres. A découvrir dans ce livre dur et tragique, enrichissant et poignant.








Mon avis : ****
Un livre magnifique ! Un récit inspiré de faits réels mettant en scène neuf adolescents noirs qui, malgré les insultes et le mépris, ont tenté de se faire une place parmi les étudiants blancs d’un lycée très sélect…

[...]

Un témoignage bouleversant et à peine croyable ! Dire qu’il y a encore soixante ans, les noirs ne pouvaient regarder un blanc dans les yeux, les toilettes étaient séparées, il ne fallait pas toucher un noir sous peine d’attraper des maladies !
L’aventure vécue par ces neuf jeunes gens est une preuve de courage incroyable et qui a ouvert enfin une voie vers l’égalité blanc-noir !
« Sweet sixteen » est en réalité l’anniversaire des seize ans chez une jeune fille, une occasion spéciale, symbolique qui marque le passage à l’âge adulte…

Molly et Grace vont donc franchir cette période délicate chacune à leur façon mais solidaire à un moment clé de l’histoire !
Ce récit donne énormément à réfléchir et aide à prendre conscience que chacun doit faire de son mieux pour cohabiter avec son prochain…
Une belle leçon d’optimisme !













[...] Ce roman m'a bouleversée. Tout d'abord parce qu'il est basé sur des faits réels et ensuite parce que "ce passé" n'est au final pas si lointain. La haine qu'il y a envers Molly et les siens m'a choquée. Molly est traitée comme un animal et même pire puisqu'elle n'a le droit à aucun égard juste du mépris.
Annelise Heurtier signe ici un roman d'une extrême justesse. Sans compromis, sans excès, elle nous emmène dans cet autre temps. On se demande si Molly réussira à faire sa rentrée, si elle sera acceptée. On tremble face à la haine que provoque sa différence. On espère que Molly s'en sortira et surtout, on admire son courage: Molly reste digne jusqu'au bout et reste la tête haute alors que les pires horreurs lui sont faites. Oui, comme Rosa Parks avant elle, cette jeune fille va aider à faire évoluer les mentalités, elle fait un petit pas qui va faire trembler l'avenir. Ce roman est excellent, il pose juste ce qu'il faut et est très bien écrit. Bravo!
A découvrir d'urgence!






  • Sur France inter, dans la chronique L'attrape-livres de Colombe Schneck, le 18 avril 

A réecouter sur le site de France Inter après diffusion ! 

"Vous vous souvenez sûrement de cette photo prise à Little Rock dans l’Arkansas en 1959 devant un lycée. Les 9 de Little rock , 9 collégiens noirs qui vont faire leur première rentrée dans un lycée réservé jusque-là aux blancs ?.
Une romancière française raconte deux collégiennes, Molly est noire elle s’apprête, la peur au ventre, à faire sa première rentrée dans ce lycée réservé jusque-là au blanc. Grace est blanche, elle a été élevée par une nounou noire qu’elle adore, elle s’intéresse à ses robes et aux garçons. Pourra-t-elle longtemps rester indifférente à la violence exercée par ses amis blancs ?
Elles ont toutes les deux 16 ans, sweet sixteen comme on dit aux États-Unis, 16 ans sucrés.
Une histoire inspirée de faits réels dans la première démocratie du monde où la ségrégation raciale, avec ses lycées, bancs, jardins, toilettes publiques réservées aux blancs a été aboli il y à peine 50 ans.
Sweet Sixteen de Annelise Heurtier est publié chez Casterman. "





C'est une merveille. Je lis beaucoup de romans jeunesse, comme ce site en témoigne et j'aime très souvent les livres car je les choisis avec soin selon mes goûts et les conseils des éditeurs qui ont la gentillesse de m'envoyer des services de presse. Et puis, parfois, il y a dans la boîte aux lettres un livre plus lumineux que tous les autres, un trésor écrit parfaitement, qui est si juste qu'on n'imagine pas lui reprocher une virgule ! Et voilà donc Sweet sixteen, un roman que je trouve parfait.
Le thème de la ségrégation n'est pas simple à traiter car la violence incroyable dont ont fait preuve les Sudistes vis-à-vis des noirs est très difficile à faire imaginer sans tomber dans l'horreur ou le pathos. Il n'est pas évident non plus d'expliquer les événements de cette année 1957 avec les forces politiques en jeu, le poids du passé esclavagiste et l'évocation de ces années 50 déjà lointaines. Annelise Heurtier, avec une grande simplicité, et une modestie qui lui font honneur, réussit ce pari. Dans ce roman à deux voix, elle nous invite à suivre Molly, une des jeunes étudiantes noires et Grace, une étudiante blanche de sa classe. L'une est si courageuse que cela dépasse l'imagination, l'autre est superficielle et égoïste. Pourtant, Grace a ce charme suranné de l'époque et elle porte un regard critique sur son entourage si raciste qui nous attache à elle : en tant que lecteur, nous découvrons avec elle la cruauté du traitement infligé aux noirs. Molly est superbe et fragile, elle a une douceur qui la rend si touchante que l'on souffre avec elle. La scène de son anniversaire, ces sweet sixteen qui donnent leur nom au roman, est terrible. Ce passage si important pour les jeunes femmes américaines est complètement bouleversé par la solitude qu'elle ressent au lycée mais aussi par le rejet de sa propre communauté, terrifiée par les conséquences de son désir d'égalité.
L'ambiance se construit à travers des détails extrêmement justes, Grace se demandant pourquoi Molly baisse toujours les yeux, comme soumise, alors que la jeune fille repense elle à une autre adolescente noire, tuée pour avoir regardé une blanche dans les yeux. Grace cauchemardant, étouffée par l'encre noire qu'une camarade a versé sur la tête de Molly. Molly à moitié assommée par une camarade, qui voit les adipeuses mères de bonne famille tenter de passer la grille du terrain de sport pour venir la lyncher. Ces images restent vivantes dans mon esprit grâce à un style simple et précis, mêlant habilement faits très concrets et sentiments par petites touches.
Ce roman est donc une merveille, jusqu'à sa couverture qui attire l'oeil et dont, j'espère, elle donnera envie de découvrir un contenu saisissant.

Intérêt pédagogique
Un excellent roman pour travailler conjointement avec les collègues d'anglais. On peut imaginer aussi de faire lire le roman d'Eric Simard, La femme noire qui refusa de se soumettre.
Notre bibliographie sur les Etats-Unis http://callioprofs.com/CallioWiki/index.php?title=Etats-Unis









[...]Ce roman bouleversant se dévore d’une traite. Il n’est pas sans rappeler La Couleur des Sentimentsquand  Grâce s’interroge sur les sentiments des bonnes face à l’attitude des familles qu’elles servent.
     Encore un roman d’Annelise Heurtier qui sort du lot ! Souvenez-vous, elle est également l’auteur du poignant Carnet Rouge qui traite de la quête d’identité d’une jeune fille d’origine népalaise. [...]









[...] Annelise Heurtier écrit ici un livre qui est loin de se limiter à un public jeunesse. Je l'ai trouvé très bien écrit, avec un vocabulaire simple mais riche et des évenèments précis mais pas au point de s'apparenter à un documentaire [... ]









[...]
Cette histoire dans l'Amérique ségrégationniste est bouleversante, et les jeunes gens qui en sont les héros malgré eux portent de véritables valeurs de courage et de lutte pour les droits civiques. L'éditeur ne se trompe pas en faisant le parallèle avec "la couleur des sentiments", ce n'est plus dans les nursery des familles blanches aisées mais dans leurs établissements scolaires que se joue ce combat pour l'égalité. C'est un roman destiné aux adolescents, qui éveillera les consciences sans choquer frontalement (ce n'est pas "Mississipi burning" non plus) mais ce texte reste indéniablement engagé et humaniste.
J'avais découvert et aimé cet auteur dans Le Carnet Rouge, je suis à nouveau sous le charme de son écriture avec ce nouveau roman!









[...]

En 1957 pourtant, Molly et huit autres étudiants vont faire leur entrée au lycée de Little Rock sous les insultes et les crachats des deux mille cinq cents autres élèves, tous blancs.
Malgré les brimades incessantes, les intimidations et les humiliations quotidiennes, Molly va tenir bon, encouragée par sa grand-mère qui croit en un avenir meilleur. Cette année scolaire se déroulera, pour elle et les huit autres dans une violence inouïe, sous la pression du Ku Klux Klan et la sourde hostilité de tous les autres.
« Un blanc pouvait vous insulter, vous cracher au visage, vous frapper, vous pendre à un lampadaire… il aurait toujours raison. Les Noirs, eux, avaient simplement le droit de se laisser faire sans broncher (…) Personne ne pouvait se mettre à leur place. Personne à part eux neuf, ne pouvait savoir ce que c’était que d’avoir quinze ans et d’être humilié à longueur de journée. De se sentir si … inférieurs. Et d’être seuls. »
Isolée à l’école, Molly l’est aussi désormais dans sa propre communauté qui imagine avec effroi les conséquences de ce désir d’égalité. Le roman est très justement mené à deux voix : celle de Molly évidemment et celle de Grace, une jeune blanche au départ assez inconséquente, qui évolue au fil du récit jusqu’à porter un regard critique sur le racisme viscéral de son entourage.
Cette histoire très touchante,  inspirée évidemment de faits réels est ici portée par une belle écriture, simple et directe qui n’élude rien de la violence et met en avant l’incroyable force d’âme de ces neuf jeunes gens.
J’ai adoré ce roman qui se lit d’une traite et illustre avec force une page d’histoire tellement proche.
Les horreurs décrites se passaient hier, elles ont été vécues en vrai par Minnijean Brown-Trickey, Elisabeth Eckford, Glorai Ray Karlmark, Thelma Mothershed, Terence Roberts, Jefferson Thomas, Carlotta Walls Lanier, Ernest Green et Melba Pattillo Beals.








Très bon roman contre la ségrégation.
Si vous avez aimé le roman pour adulte La couleur des sentiments, ce livre est du même genre et cette fois-ci pour adolescent !





  • Dans le magazine Le Monde des Ados, avril 2013









[...]

Sujet historique, malheureusement toujours bouleversant, la ségrégation raciale est présentée avec force et émotion dans cet ouvrage qui est donc inspiré d'un fait réel. Annelise Heurtier est délicate,subtile. Les mots sont pesés, les phrases mesurées de manière à frapper et à fasciner. Cela tout en gardant une écriture fluide et en réussissant à faire dévorer ce livre qui, plein de sous-entendus et deréflexion, ne peut qu'impacter profondément ses lecteurs. Simplement essentiel !




[...] 
"Sweet Sixteen" est un roman fort, sur un sujet douloureux de l'Histoire. On suit Molly, jeune fille noire, vivant avec sa mère et sa grand-mère, et Grace, jeune fille blanche du même âge. La ségrégation raciale sévit encore rudement dans l'Arkansas des années 50. Le Gouverneur de l'Etat, O. Faubus, s'oppose à cette décision intégrationniste, et dépêche la garde nationale pour empêcher les élèves noirs de pénétrer dans l'enceinte du lycée central. Une vague de violence et de racisme déferle devant les portes du lycée. Il faudra à Molly et ses 8 amis, une détermination sans faille, un courage immense, pour affronter haine et humiliations quotidiennes, dans l'espoir fou, qu'un jour, élèves noirs et blancs se côtoient le plus normalement possible. Et c'est face à ce courage, que Grace, va petit à petit avancer sur le chemin de la tolérance.
 J'ai été emportée par l'écriture de Annelise Heurtier, une écriture fine et forte à la fois, qui ne tombe ni dans la violence gratuite, ni dans la mièvrerie. J'avoue avoir beaucoup aimé la couverture de ce roman,
noire et blanche, et ce bus, qui nous ramène tout à la fois à un moment du récit, mais aussi à un autre évènement clé de l'Histoire de la ségrégation raciale des années 50, le refus de Rosa Parks, femme noire, de céder sa place à un homme blanc dans un bus.
  A noter : si le récit est basé sur des évènements bien réels, il ne s'agit pas d'une biographie.





Le choix des libraires : choisi le 08/04/2013 par Anne Delphin de la librairie CHEMAIN à VOIRON, France

Deux jeunes filles du même âge, dans la même ville, dans le même lycée, dans la même classe, peuvent elles avoir la même vie ? Et bien non, et encore moins dans cette petite ville l'Arkansas, dans les années 50. Encore moins lorsque l'une d'entre elles vient d'une famille blanche favorisée, et que l'autre vient d'une famille noire. Molly a fait le choix, alors qu'elle n'était âgée que de douze ans de participer au programme d'intégration des enfants noirs dans les établissements de la ville trois ans plus tard. La voilà donc, en cette rentrée 1957 à faire ses premiers pas, dans le doute et la confusion, dans ce lycée ou elle va affronter, avec ses huit autres camarades, les moqueries, la violence, la haine, le racisme. Comment garder la tête haute, sa dignité, sa force et son envie d'apprendre ?Comment Grace, jeune fille de la bourgeoisie va-t-elle accepter Molly dans sa classe, prise entre ses amies prêtes à tout pour empêcher ces bouleversements et son envie d'agir et de justice et son empathie pour Molly? 
Un roman d'une grande force, qui fait écho, bien sûr, à la "Couleur des sentiments". L'alternance des narrateurs donne une puissance au roman qui nous fait passer d'un monde à l'autre, deux mondes qui finiront par se rejoindre, par se comprendre (dans une moindre mesure). Un seul monde au final qui verra ces jeunes filles propulsées dans le monde des adultes, deux jeunes filles bien plus fortes qu'elles ne le pensaient.









[...] C'est un roman à lire et à faire lire autour de soi, pour NE JAMAIS OUBLIER...
[...]

C'est un roman dramatique, révoltant, touchant et pourtant plein d'optimisme et d'espoir. Parce qu'il ne faut surtout pas oublier ces événements inhumains qui ont eu lieu il n'y a pas si longtemps que cela. Parce que c'est terrible mais que ça fait partie de notre histoire. Parce qu'on ne peut pas se taire et fermer les yeux sur toutes ces horreurs qui ont eu lieu. Parce qu'il est important que nos enfants sachent aussi. Lisez ce roman terriblement poignant !








"Basé sur des faits réels « Sweet sixteen » raconte le combat de neuf étudiants afro-américains en 1957 qui intègrent le lycée publique « Little Rock » jusque là réservé aux blancs. On suit plus particulièrement Molly, qui a toujours vécu sous les brimades des blancs et met les pieds en enfer en poussant les portes du lycée et Grace, jeune fille de bonne famille qui est beaucoup plus accaparée par sa popularité que par la ségrégation. Les deux personnages ne sont pas nées militantes mais vont le devenir.
Le sujet même du roman prend forcément aux tripes, on espère qu'Annelise Heurtier romance et exagère pour nous faire enrager ou nous laisser aux bords des larmes parfois.
Après « Le carnet rouge » l'auteure continue les histoires dans l'Histoire !

Posté par ChaTho à 18:49 "




[...]

 Dès les premières lignes, j’ai été emportée par l’histoire bouleversante et d’autant plus touchante qu’elle s’est réellement passée. Un énorme coup de cœur !!! Très belle première de couverture. Roman à mettre entre toutes les mains.




[...]

Cet ouvrage peut être évidemment conseillé à des élèves de collège nous il peut sans difficulté être lu par des lycéens. L’histoire évoque le parcours de plusieurs personnages, et notamment pour les lycéens noirs le combat intérieur qu’ils doivent mener contre cette discrimination qu’ils avaient, tout comme leur famille, intégrée. C’est également là que se situe l’intérêt de cet ouvrage qui est loin d’être manichéen et qui montre que dans ce combat pour l’émancipation, une émancipation qui n’est d’ailleurs pas totalement achevée, la route est particulièrement difficile. Les dispositions législatives si elles participent d’un électrochoc et favorisent une prise de conscience ne suffisent évidemment pas à elles toutes seules à changer le quotidien. Ce que cet épisode relate ce que l’application de la loi, aux États-Unis comme ailleurs, relève également de l’engagement individuel, voire du combat personnel. Au moment où trop de jeunes, suivant en cela l’exemple des adultes, manifestent un certain fatalisme qui trouve un substitut dans le consumérisme et les mondes virtuels, cette lecture peut se révéler particulièrement salutaire.
Bruno Modica




[...]
Les raisons de vous conseiller cet ouvrage me semblent nombreuses : d’une part, il s’agit en quelque sorte d’un devoir de mémoire, de la même manière que je vous encouragerais à lire l’excellent  album « Le bus de Rosa » de  M. Quarello et F. Silei.  Ensuite, difficile de se pas se laisser émouvoir par les événements relatés dans ce roman : l'injustice, la bêtise, la violence ne peuvent que toucher, révolter même.  Au delà de cette face sombre,  il ne faut pas oublier la petite parcelle d'optimisme cachée dans cette lecture : rien n'est immuable et contre toute attente, les choses peuvent évoluer.

D'autre part, passés ces points liés au sujet choisi par l'auteur, ce livre ne manque pas de qualités propres : fluide, percutant, précis dans les détails historiques, sans devenir lourd pour autant, ... Sans oublier le parallèle intéressant entre Molly et Grace, leur cheminement face aux événements de Little Rock : la première, ne manquant ni de courage, ni de ténacité, ayant choisi de s'impliquer. La seconde, issue d'une bonne famille bourgeoise, plutôt préoccupée par les garçons, son apparence et Elvis ... et qui, peu à peu, en vient à se poser des questions.

Autant d'éléments, donc, en faveur de ce roman que je ne peux que vous encourager à découvrir, quel que soit votre âge...







[...]

On ne peut qu’admirer le courage qu’il a fallu à certains de se mettre en avant et de risquer leur vie pour défendre leurs idéaux et pour faire changer les choses, et on ne peut qu’être horrifié par la haine de certains qui s’appuient sur de folles croyances.
Cette lutte m’a renvoyé d’étranges échos à ce qui se passe en France actuellement, je ne peux pas m’empêcher d’y penser.
Mais en tout cas, il s’agit d’une histoire très pédagogique et touchante, porteuse d’un message vibrant d’humanité et d’égalité qu’il faut absolument lire pour découvrir ou redécouvrir cette période charnière de l’histoire des Etats-Unis.




Imaginez 9 lycéens noirs parmi 2500 blancs. 9 Noirs qui intègrent pour la première fois un prestigieux lycée d’Arkansas, après la décision de la cour suprême des États-Unis rendant inconstitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. Nous sommes en 1957, dans le Sud du pays et la violence des réactions laissent entrevoir le poids des préjugés et des blocages. Sweet Sixteen alterne l’histoire de Molly, une des 9 étudiantes, et celle de Grace, préoccupée par ses conquêtes masculines et observant d’un œil agacé ces bouleversements. 
Molly sait que « 85 % de la population étaient hostiles au plan d’intégration ». Mais Molly imagine aussi « qu’un jour viendrait où les Noirs pourraient assister aux mêmes spectacles que les Blancs. Peut-être que les piscines leur seraient ouvertes toute la semaine, et pas seulement la veille du nettoyage. (…) Qu’il serait permis de se marier en mélangeant les couleurs. » Portée par ce rêve, elle est prête à surmonter les humiliations, les insultes, et surtout la solitude -au lycée comme dans son quartier car « la stupidité (est) la chose la mieux partagée au monde »- pour contribuer à l’Histoire de son pays. 
Grace quant à elle, d’abord peu concernée, refuse bientôt de suivre la masse, augurant ainsi de l’évolution en bonne marche, malgré tout. 
Le récit d’Anne-Lise Heurtier s’inspire naturellement de faits réels et donne une idée assez précise de la peur ambiante. Les peurs de ceux qui portent courageusement le changement comme de ceux qui le refuse. 





[...]

Difficile d'imaginer pour nous, aujourd'hui, ce qu'a été cette ségrégation et les balbutiements de cette "déségrégation" et pourtant...
  "Cela faisait maintenant dix bonnes minutes que Molly patientait derrière le comptoir de l'épicerie. Deux clients blancs étaient entrés après elle, et le propriétaire des lieux s'était empressé de les servir, volubile et obséquieux. [...] À croire qu'il avait fait exprès de s'installer dans ce quartier à forte dominance afro-américaine pour avoir tout le loisir d'humilier les habitants." [p. 26 - 27]

  "Peut-être que tout cela ne faisait que commencer. Peut-être que le jour viendrait où les Noirs pourraient assister aux mêmes spectacles que les Blancs. Peut-être que les piscines leur seraient ouvertes toute la semaine, et pas seulement la veille du nettoyage. Qu'un chanteur noir aurait le droit de faire swinguer une femme blanche sans être boycotté. Qu'il serait permis de se marier en mélangeant les couleurs.
  - Et peut-être même qu'un jour il y aura un président noir à la Maison-Blanche ! s'enflamma-t-elle devant son miroir." [p. 105]
Un livre que chacun se devrait/doit de lire.







[...]

Ce livre est tout simplement grandiose. Ce livre est si émouvant. L'histoire est inspirée de faits réels. On est transporté dans le livre du début jusqu'à la fin sans en perdre un seul mot. En lisant ce livre, j'ai été chamboulée. Il nous montre comme la ségrégation est horrible. J'ai pleurait pendant tous le livre. L'histoire est très interressante et très captivante. On a l'impression d'être à coté des personnage et de ressentir leurs émotions. Quand j'ai fini le livre, j'ai voulu continuer à lire mais il y avait plus de page. En tout cas je conseille énormément ce livre écrit par Annelise Heurtrier.





[...]
Je suis sous le charme de l’art de la narration dont semble naturellement dotée l’auteure, je suis sous le charme de cette enfant touchante, Molly, qui aimerait bien que les choses changent. 


- See more at: http://alombredugrandarbre.com/?p=5037#sthash.gmGFytaW.dpuf







[...]
Annelise Heurtier est une extraordinaire conteuse d'histoires.


Faits réels :
"Les neuf de Little Rock"

Aux Etats-Unis, en 1956, la ségrégation raciale est abolie. Les Noirs peuvent bénéficier du même enseignement que les Blancs. Si la décision est relativement bien accueillie dans le nord du pays, elle provoque l'indignation et la colère des Etats du Sud, de tradition ségrégationniste. Pourtant, le prestigieux Lycée central de Little Rock, dans l'Arkansas, décide de s'engager dans le processus d'intégration et neuf adolescents noirs sont sélectionnés au vu de leur comportement et de leur dossier scolaire pour la rentrée de septembre 1957. Mais le gouverneur Orval Faubus ordonne à la garde nationale d'empêcher les étudiants noirs d'accéder à l'établissement. De violentes manifestations racistes font rage pendant trois semaines. Devant l'illégalité de la décision du gouverneur, le Président Eisenhower doit intervenir. Il renvoie la garde nationale et la remplace par mille soldats pour escorter et protéger les neuf élèves noirs face à 2500 élèves blancs et une foule hostile. Des lynchages entre Noirs et Blancs ont lieu devant le lycée. Le 12 septembre 1958, sur ordre de la Cour suprême, l'intégration des étudiants Noirs dans les écoles de Little Rock doit être immédiate. Mais les autorités locales préfèrent fermer les établissements scolaires plutôt que d'obtempérer. Les tribunaux fédéraux ordonnent leur réouverture. Constamment harcelés, humiliés, brutalisés, réellement mis en danger, "les neuf de Little Rock" ne resteront au lycée qu'une année. Une année de violence inouïe. Mais ils vont devenir célèbres et enclencher, grâce à leur courage, une vague d'émotion sans précédent dans le pays. En 1999, ils reçoivent "the Congressional Gold Medal", la plus grande distinction qu'un citoyen américain puisse recevoir. En décembre 2008, ils sont invités par Barack Obama. Melba Pattillo (Molly Costello dans le livre), à plus de soixante-dix ans, exerce toujours le journalisme.


[...]

Mon avis :
Une écriture belle et généreuse. Un sujet sérieux. Une histoire rythmée, engagée, captivante. Un livre intergénérationnel que l'on dévore avec passion. 

Un énorme coup de coeur !






[...]

On suit plus particulièrement le parcours de Molly (les prénoms ont été changés), une des "Neuf de Little Rock", comme on les a appelés, et de Grace, une lycéenne blanche dont les opinions vont peu à peu évoluer au fil de l'histoire. Les deux jeunes filles, qui doivent célèbrer leur "sweet sixteen" dans l'année (passage de l'enfance à l'âge adulte aux USA, comme les quinceaneras au Mexique), vivront cet événement de bien douloureuse façon. Ce roman montrera aux adolescents de maintenant que même si le racisme est toujours manifeste aujourd'hui, il prenait à l'époque un visage bien plus sombre. Les Noirs dans le sud des Etats-Unis n'étaient en effet pas mieux traités que les Juifs dans l'Allemagne des années 1930 (et même si la déportation n'existait plus, le Ku Klux Klan se chargeait de bien sinistres missions). La trame narrative du texte m'a fait penser à celle de "La couleur des sentiments"; l'alternance des points de vue est très intéressante et permet de suivre l'évolution des personnages au fil du récit.
Un roman simple et concis, qui en permet la lecture par des ados à partir de 11/12 ans.













[...]
Annelise Heurtier nous emmène en 1957 à Little Rock dans l'Arkansas où la ségrégation bat son plein. Cette année là, la ségrégation dans les écoles est abolie et le maire doit intégrer 9 Afro-Américains dans un lycée avant réservé exclusivement aux Blancs. Le gouverneur s'en mêla tout comme la garde nationale puis le président Eisenhower lui-même qui envoya l'armée pour assurer la sécurité de ces 9 élèves.
Constamment harcelés, les neuf élèves se voient affecter chacun un militaire de la 101e comme garde du corps. Ils seront baptisés "les neuf de Little Rock".
Ce que l’auteur nous montre dans ce roman est d’une importance capitale selon moi. Nous connaissons tous le pasteur Martin Luth King Jr, Rosa Parks et leur lutte pour la reconnaissance des droits civiques des Afro-Américains surtout dans les états du sud des Etats-Unis. En revanche, peu de personnes connaissent ces 9 adolescents qui par leur courage et leur abnégation ont, pendant un an, étaient à l’école avec la peur et le harcèlement quotidien tout cela pour faire respecter la loi qui disait que les Noirs et les Blancs avaient le droit d’être éduqués dans les mêmes écoles. C’est leur courage qui est pointé ici, leur force mentale et j’avoue avoir beaucoup d’admiration pour eux car je ne pense pas que j’aurais été capable de subir autant de pression à l’école et en dehors avec des intimidations très violentes.
Il est à noter que l’auteur décrit également le malaise chez certains Blancs via le personnage de Grace qui se questionnent sur la ségrégation qui sévit dans le sud et ceci grâce à la double narration.
C’est la double narration qui, selon moi, donne le plus de force à ce roman. Les deux jeunes filles nous montrent les idées, les envies et l’incompréhension de part et d’autre des deux communautés. Leurs émotions filtrent page après page, happés par les réalités historiques bouleversantes. Elles rendent compte de plusieurs anecdotes du quotidien qui amènent le lecteur à réfléchir (par exemple : le domestique noir présent à une réception mais qui paraît pourtant complètement invisible).
Le terme « Sweet sixteen » désigne le passage à l’âge adulte ce qu’illustre parfaitement ce récit.
Annelise Heurtier brosse un portrait de l’Arkansas des années 1950 et plus largement de l’Amérique sudiste. Rosa Parks est déjà montée dans le bus et le pasteur Martin Luther King Jr va bientôt intervenir. La lutte pour les droits civiques est en marche et ne s’arrêtera plus. Molly (prénom ré-inventé) en fera également part. 





[...]
Attention, voilà un coup de coeur jeunesse !

[...]

Sweet sixteen ne nous épargne rien des brimades dont Molly et ses camarades sont victimes. Plus que cette violence verbale et physique, ce qui choque est le fait que ce racisme ait pu être aussi normal il y a quelques décennies seulement (cela dit, quand on voit la manière décomplexée dont les gens ont défilé contre le mariage gay et tenu des discours à vomir sans gêne, il y a de quoi réfléchir sur l'ouverture d'esprit des gens actuellement). On pourrait penser les lycéens plus ouverts que leurs parents, c'est loin d'être le cas.
Voilà donc un livre très intéressant pour son côté historique, et facile à lire dès 13 ans car on n'a jamais le temps de souffler.











Sweet sixteen est un livre qui remue. On ne peut concevoir qu’il y a très peu d’années encore on vivait dans un tel monde. L’Homme banc n’avait aucun mal à traité un Homme noir comme un animal ! Sans cesse rabaissé, ridiculisé, maltraité, les noirs ont dû se battre et le courage de ces huits étudiants est tout simplement incroyable. On ne peut imaginer ce qu’ils ont pu vivre, mais l’auteur à su retranscrire ce malaise, cette peur quotidienne des étudiants à aller tout simplement étudier. Les jeunes lycéens blancs s’attaquaient en permanence à eux, au point que l’armée à dû intervenir. Chaque étudiant noir avait son propre soldat, tel un garde du corps.
C’est un livre qui nous révolte, dans le sens où on ne peut être qu’indigné face au comportement de l’Homme blanc. On est honteux de tout cela.
[...]
Je ne peux que vous conseiller cet excellent roman. Une histoire à lire et que j’aurai aimé prolonger encore.





[...]

Dans cette histoire inspirée de faits réels* (l’auteure le précise d’ailleurs dans un avant-propos judicieux permettant aux lecteurs de saisir toute la portée du récit qui va suivre), Grace la riche américaine blanche qui sera élue Reine du bal de fin d’année et Molly, jeune fille noire modeste, qui a choisi d’intégrer un lycée blanc vont évoluer sous nos yeux. Au fil des pages, on les voit  aimer, souffrir et devenir adultes. Et leur "sweet sixteen", passage rituel de l’enfance à l’âge adulte pour les Américaines, aura une saveur particulière pour chacune d’elles.
Comment deux jeunes filles, du même âge, de la même classe, de la même ville peuvent avoir des destins aussi diamétralement différents ? Ce récit à deux voix passe de l’une à l’autre pour arriver à la fin à une histoire commune. Mais que de souffrances et de larmes pour y parvenir.

















Mon dieu ! Quelle claque !
C’est émue que je referme ce livre !
Ce livre doit être lu impérativement ! La ségrégation semble tellement loin… Et pourtant tout cela se passe dans les années 50 (dans le livre du moins ).
[...]
Autant vous dire que cette lecture est éprouvante ! L’humiliation, la cruauté, la violence est perpétuelle. Molly subit tout en silence. On a envie de se révolter, on ne peut qu’imaginer l’horreur qu’elle vit et que cette horreur a été vécu par tellement d’autres personnes avant et après elle.
[...]
Ce livre, tellement bien écrit, rend un merveilleux hommage à ces personnes qui ont eu le courage d’espérer et de faire bouger les choses ! Il devrait être lu dans les écoles dès que possible ! * et être relu par certains pour qu’ils se rendent compte de leur stupidité *
Un must read pour tous !








[...]
Ce roman est d’une violence inimaginable, non pas dans les faits, mais dans les attitudes, le langage. Je n’aurais jamais imaginé que par racisme on puisse faire des choses aussi dingues. J’ai rongé mes ongles tout au long de la lecture tellement j’étais prise par l’angoisse de ce qui pouvait arriver. J’ai beaucoup aimé cette lecture, même si j’ai fini un peu tremblante. La lecture est facile, mais l’histoire vraiment poignante. Le site Ricochet conseille le livre à partir de 11 ans. Pour ma part je le réserverais à des adolescents d’au moins 13 ans.














[...]
Habilement construit par le choix de l'alternance de points de vue, L'auteure met en scène une adolescente noire courageuse et volontaire, et Grace, une jeune fille blanche, bien sous tous rapports, dont les a priori sur les Noirs vont se fissurer peu à peu à la vue de ce qui se passe au lycée.
Par l’entremise de l'entourage de Grace, le lecteur se rend compte de l'hypocrisie de l'époque, de la culture raciste et ségrégationniste dont les racines ont beaucoup de mal à être arrachées.
 Sweet sixteen est un roman intelligent, dont la fiction basée sur des faits réels expose avec simplicité un des épisodes les plus marquants de l'histoire américaine. Honte à ceux qui ont tentés d'empêcher l'Histoire en marche.









[...]

J’ai fait ma première vidéo Youtube sur ce roman. Je vais donc répéter ce que j’ai déjà dit : ce livre m’a vraiment chamboulée. J’aime beaucoup lire des romans sur ce sujet : des périodes où on travaille à une plus grande tolérance, où les croyances et les certitudes se confrontent et où la bataille est loin d’être remportée, mais qu’il demeure quand même un espoir.




[...]L’auteur a pris soin de respecter les grandes lignes de ce qui s’est réellement passé au lycée de Little Rock: on retrouve même certains détails. Les noms ont été changé et l’ensemble romancé, mais la restitution historique reste saisissante de vérité. L’alternance de voix de chapitre en chapitre entre Molly et Grace est une très bonne idée, elle permet de donner deux points de vue différents sur la situation: celui d’une noire et celui d’une blanche. Un bon roman pour que les jeunes d’aujourd’hui apprennent les erreurs du passé.







[...]

Au delà des enjeux politiques et de la dénonciation du racisme, Annelise Heurtier nous propose le portrait émouvant de jeunes dont le courage nous impressionne. C’est le sentiment qui sort de cette lecture : des jeunes gens pas si différents des autres, avec des rêves et des tracas d’adolescents, se retrouvent au milieu d’une lutte contre les discriminations qui les dépassent et qu’ils incarnent pourtant totalement. Ils sont habités par la peur, le doute, la tristesse, mais poursuivent leurs rêves personnels et le rêve commun d’un monde nouveau, sans ségrégation. Ils mettent ainsi sans dessus dessous un monde ancien régi par la discrimination, pour mettre les choses à l’endroit, vers plus de respect et d’égalité.

[...]





[...]

C'est une histoire terriblement touchante. Qui m'a émue aux larmes, qui m'a donné mal au ventre. On se rend compte tout ce que ces personnes ont vécu. Juste pour une couleur de peau. C'est horrible. 
Ce livre est conseillé à partir de 12 ans, et je pense vraiment qu'il devrait être lu de tous.










[...]
Ce roman est un véritable plongeon dans l'Histoire mais propose également une très bonne réflexion quant à la mentalité de l'époque. 
Par ailleurs, les personnages sont "vrais" en ce qu'ils ne sont pas parfaits : les deux héroïnes ont leurs qualités et leurs défauts. Et puis, j'ai adoré détester certains autres élèves de ce lycée, ces élèves qui feront tout pour "pourrir" la vie des ces jeunes gens.[...]






[...]

C'est un roman que j'ai beaucoup apprécié, de plus ces aventures sont fondés sur des faits réels, que nous pouvons retrouver dans des livres historiques pour ceux qui aime bien ça! Alors si vous aimez l'Histoire, les Etats-Unis, les années 50 et 60, n'hésitez pas à vous plonger dedans!





[...]

J'ai trouvé ce climat de tension croissante très bien rendu. Et pour une fois, j'ai réellement pu apprécier un roman jeunesse sans avoir l'impression qu'il s'adressait à un lectorat plus jeune.
Plus qu'un simple roman, "Sweet Sixteen" offre une triste leçon d'histoire mais présentée comme une invitation à la tolérance et à la non-violence.
Un coup de coeur qui pourrait aussi être le vôtre !









[...]

C'est un roman que j'ai beaucoup apprécié, de plus ces aventures sont fondés sur des faits réels, que nous pouvons retrouver dans des livres historiques pour ceux qui aime bien ça! Alors si vous aimez l'Histoire, les Etats-Unis, les années 50 et 60, n'hésitez pas à vous plonger dedans!





[...]
Rentrée 1957. Le plus prestigieux lycée de l'Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l'aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher. 
A noter : Les neuf de Little Rock furent invités par Barack Obama à son investiture.










[...]
Ce roman retrace "à merveille" le quotidien très mouvementé de ces jeunes noirs qui ont accepté de sacrifier une partie de leur vie pour leur conviction et le droit à l'égalité.

Le cœur de Molly se mit à battre la chamade. Ils avaient beau faire partie de quelque chose de grand, de juste, quelque chose qui les dépassait, il n'en restait pas moins que, maintenant, c'était à eux seuls de se lancer. A eux de le vivre.

On ressent aussi la haine transmise de générations en générations, l'incompréhension et la peur de l'autre.
Passionnant !


[...]







[...]

Cette histoire est prenante, elle m'a indignée à plusieurs reprises. On considère ici les noirs comme des sauvages, des animaux mais lorsqu'on voit le comportement de certains blancs de tout âge et de toute catégorie sociale face à ces pauvres jeunes voulant simplement obtenir un diplôme, on se demande bien qui sont les sauvages.... Quelle honte...

J'ai été complètement captivée par ce récit poignant, curieuse de savoir jusqu'où pouvait aller la bêtise humaine.

[...]





[...]
Tout le monde a en tête des images du Ku Klux Klan. Mais je ne m'attendais pas à une telle violence de la part des élèves du lycée. Et pourtant... Biberonnés au racisme le plus primaire, élevés dans la certitude de leur supériorité, embrigadés par leurs parents dans les manifestations d'opposition ou dans la Ligue des mères blanches (celles-là mêmes qui tentent de convaincre l'opinion publique et la Cour de la dangerosité des Noirs, alors que seuls les Blancs se montrent à ce moment violents, ou qui envisagent sereinement de demander que les mesures de sécurité entourant Molly et ses compagnons ne soient pas appliquées en haut des escaliers...), faut-il réellement s'étonner qu'ils poursuivent de leurs cris, injures et coups leurs désormais condisciples? Repensant à la violence dont ont pu faire preuve certaines classes, vis-à-vis d'un élève différent, je me dis qu'il ne pouvait alors en être autrement, le rejet, le racisme et les réactions agressives étant à ce moment en quelque sorte institutionnalisés.
On ne peut qu'être admiratifs du courage qu'il aura fallu aux "neuf", mais aussi aux très rares personnes qui les auront soutenus, face à toute une population haineuse, et, qui plus est, à un âge où le besoin de reconnaissance et de popularité rend certainement bien difficile toute opposition au groupe.

[...]





 « Sweet sixteen », c'est un rite de passage inoubliable aux Etats-Unis : celui du 16ème anniversaire fêté en grande pompe, où l'adolescent est alors considéré comme adulte. Mais dans ce roman d'Annelise Heurtier, la réalité a un goût bien plus amer, ancré dans les années 1957-1958, où le ségrégationnisme est roi. L'auteur relate, de manière romancée mais sur la base de documents historiques réels, la tentative d'intégration de neuf étudiants noirs au lycée central de Little Rock, dans l'Arkansas.






[...]

En tout cas pour en revenir à ce roman, ça a été mon petit coup de coeur il y a quelques mois (oui je tarde à faire mes revues en ce moment). Il est écrit de telle façon qu'on ressent les émotions de Molly, on se met à sa place en se disant "Et si ça avait été moi, aurais-je abandonné face à tant de haine?". Parce que cette Molly reste forte malgré chaque blessures en elle, et évidemment qu'elle a raison. Elle a eu raison de se battre encore et encore pour un droit qui lui était du, qui leur était du. 

[...]





[...]

Mais ce qui me donne encore plus de sueurs froides, c’est lorsque je me demande comment nous réagirions, nous, si demain, on faisant entrer dans nos écoles certains enfants… vous savez, ceux des gens qui nous font resserrer instinctivement les bras sur nos sacs à main lorsqu’ils arpentent les métros, ceux que Daniel Guichart mettaient à l’honneur dans une chanson ♫ Il ne sait pas d´où il vient ♫ Mais il sait toujours où il va, Il a des milliers de cousins ♪

[...]


Un grand roman fort, brutal, servi par une plume que l’on sent au service de la littérature jeunesse, mais qui n’écorchera pas les yeux d’un lecteur adulte.
Un roman qui fait réfléchir sur les comportements totalement fous de certains humains qui auraient juste mérité le titre de tarés profonds et dangereux. Non, pas taré, ce serait encore trop gentil.
Heureusement qu’il reste l’espoir dans ces pages, même si les actualités me font douter parfois…
[...]



  • Dans le magazine Virgule du mois de septembre 2015 


L'avis de Zoé, 14 ans :

« Ce roman est intéressant, car il fait découvrir une page assez peu connue de l'histoire des Noirs-Américains. Mais je trouve que l'auteure a trop privilégié l'aspect "historique" et qu'elle ne parle pas assez de ce que peuvent ressentir les personnages. »









[...]

La plume est résolument jeunesse mais bien loin de s’y restreindre. L’année scolaire n’est pas passée en revue en détail, on la parcourt rapidement et malgré tout nous savons ce que ces 9 étudiants subissent au quotidien. Le danger est tellement présent que chaque étudiant se voit affublé d’un militaire personnel. Il est capital de prendre conscience de ce qu’il se passait il n’y a pas encore si longtemps. De comprendre qu’il y moins de 60 ans, les Noirs n’avaient pas de droits. Pour souligner ce contexte je vous ai sélectionné quelques citations. Un livre que l’on devrait mettre dans les programmes scolaires. Un livre qu’on se doit de lire pour ne pas oublier.

[...]

12 commentaires:

Séverine Vidal a dit…

ça part bien !!!
Magnifiques articles !

Bravo Annelise ;)

Nanou a dit…

Formidable roman, Bravooo !

Hélène R. a dit…

Et hop ! Dans mon panier celui-là aussi !

5 à la maison a dit…

WOW, quelle consécration ! Félicitations, Annelise, et MERCI de me fournir de la lecture intelligente pour mon ado !
Salomé, à 13 ans, n'a pas (encore, j'espère) envie de s'attaquer aux classiques, et je peine à lui trouver de la littérature contemporaine de qualité ...

Bravo de savoir passer avec le même talent de la littérature enfants à la littérature adultes (je sais que ton roman est "rangé" côté jeunesse mais si j'ai bien compris, son écriture est universelle... )


Fabienne a dit…

WOW, quelle consécration ! Félicitations, Annelise, et MERCI de me fournir de la lecture intelligente pour mon ado !
Salomé, à 13 ans, n'a pas (encore, j'espère) envie de s'attaquer aux classiques, et je peine à lui trouver de la littérature contemporaine de qualité ...

Bravo de savoir passer avec le même talent de la littérature enfants à la littérature adultes (je sais que ton roman est "rangé" côté jeunesse mais si j'ai bien compris, son écriture est universelle... )

Delaplume a dit…

Ce livre est absolument magnifique, étant moi même une jeune adolescente noire; Sweet Sixteen m'a beaucoup touchée . . . j'en parlerai sur mon blog (pas très connu mais c'est pas grave).
Sweet Sixteen m'a fait prendre conscience du combat mené bien avant ma naissance pour que je puisse avoir ce que j'ai aujourd'hui; des droits.
(d'autant plus qu'une grande partie de ma famille vit aux état-unis !!!)

- Annelise Heurtier- a dit…

Mademoiselle Delaplume...merci. Je crois que c'est le commentaire le plus fort que l'on m'ait fait jusqu'à présent. Je serais ravie d'aller sur ton blog, donne nous l'adresse !

Delaplume a dit…

Le voici !!!! Voilà LE lien !! :)

http://delaplume.wordpress.com/2013/08/29/chronique-de-lecture-sweet-sixteen/comment-page-1/#comment-94

- Annelise Heurtier- a dit…

Merci Delaplume ! J'y cours !

Kaëvin Rainbow a dit…

J'ai lu et adoré !! Je l'ai chroniqué ici : http://kaevin-fait-du-booktubing.blogspot.fr/2015/02/sweet-sixteen-annelise-heurtier.html

Aline a dit…

J'ai emprunté ce livre au CDI car je participe au livre élu et qu'il en fait partie et en le prenant je n'étais pas sûre d'accrocher mais.. Qui ne tente rien n'a rien! Alors j'ai commencé à le lire et franchement je ne suis pas déçue DU TOUT, c'est même devenu l'un de mes livres préférés et j'espère sincèrement que ce sera LE livre élu!
C'est très facile à lire car textes fluides, et puis cela nous montre la cruauté des blancs envers les noirs, je trouve ça.. dégueulasse (désolé pour le vocabulaire)! Ayant des ami(e)s noirs/ métisses et même des soeurs métisses, je ne me vois pas leur faire du mal, c'est juste horrible! Merci pour ce livre, bonne continuation!

françoise Grave a dit…

Bonjour,

Sweet Sixteen fait partie des livres sélectionnés pour le concours Libre2Lire , prix littérature Ado de la métropole lilloise.
J'espère y faire participer mes élèves dans le collège où j' exercerai l'année prochaine, le collège Camille Claudel à Villeneuve D' Ascq, en tant que documentaliste. Nul doute que je recommanderai chaleureusement la lecture de votre roman, lu d' une traite, passionnant. Un excellent roman de littérature jeunesse, qui incite à découvrir un épisode oublié de la ségrégation.
Je partagerai le lien vers votre blog sur le blog du CDI.

Bien cordialement!