J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



mardi 14 mars 2017

Aarhus 39: Celebrating Europe's Best Emerging Writers !

L'année dernière, depuis ma douce Polynésie, j'apprenais que je faisais partie de la liste des auteurs présélectionnés pour représenter la littérature de jeunesse européenne au Festival international de Aarhus, au Danemark, qui aurait lieu 18 mois plus tard.
Totale incrédulité. 

Après lecture et relecture des documents envoyés, je compris que la liste définitive serait arrêtée par un jury composé de trois auteurs européens renommés, après une étude approfondie des ouvrages, prix remportés par les présélectionnés, ainsi que grâce aux avis de blogueurs et journalistes de chaque pays concerné. 

"The chosen writers will be invited to spend five days in Aarhus visiting schools and taking part in a city- and region-wide weekend festival towards the end of Aarhus’ Capital of Culture year. With venues across the city, festival events will be accessible to all and will include a range of ‘in conversation’ events, debates and creative workshops."

source Hay festival


THE JUDGES



Kim Fupz AakesonKim Fupz Aakeson, from Copenhagen, Denmark, is best known for his quirky, honest and glorious picture-books for children. He is also a novelist and illustrator for comics, contributes to professional journals and newspapers, and writes for radio, theatre and film. He has published more than 80 books for children and young adults, winning numerous awards. His titles include the Vitello series, In Order of DisappearanceA Caretaker's Tale and Perfect Sense.
Ana Cristina HerrerosAna Cristina Herreros was born in León, north-west Spain, where she remembers her grandmother telling stories. An academic, author and editor, she is an expert in the oral tradition and folkloric sources. In 1992 she began professional story-telling in theatres, libraries, schools, hospitals, prisons and public parks. Her books, published in Catalan and English, include Popular Tales of the MediterraneanThe Book of Spanish WitchesMagical Geography and Popular Tales of Mother Death.
Matt HaigMatt Haig is a journalist and author living in Yorkshire whose novels have been translated into 29 languages. Children’s books include Shadow ForestThe Runaway Troll and To Be a Cat. His first book, The Last Family in England, retells Shakespeare’s Henry IV Part 1 with the protagonists as dogs, and is to be filmed by Brad Pitt’s production company. Other titles are The Dead Fathers Club and The Possession of Mr Cave.




Il va sans dire que j'étais déjà incroyablement honorée de faire partie des auteurs présélectionnés.

Aujourd'hui, je suis encore plus fière d'annoncer que j'ai l'honneur de faire partie des 39 auteurs qui représenteront la littérature de jeunesse européenne via ce festival. 

Si chacun des 39 auteurs était au courant, la nouvelle a seulement été annoncée aujourd'hui en direct de la London Book Fair, et relayée sur les réseaux sociaux. 
Je serai donc à Aarhus, en octobre prochain, pour rencontrer des élèves et présenter l'anthologie que nous avons rédigée sur le thème "Voyage". 




Ma nouvelle, "The journey within", a été illustrée par le grand Ian Beck, je suis très fière ! 





Voici le communiqué de presse paru à cette occasion. 


Hay Festival reveals Aarhus 39 selection:  
Europe’s best emerging writers for young people


Hay Festival has today unveiled the Aarhus 39 selection – a group of 39 children’s and YA writers from all over Europe, aged 40 and under, who will take part in an ambitious new project commissioned by European Capital of Culture Aarhus 2017, comprising a new festival and two new anthologies.


Writers were selected by a jury of three acclaimed contemporary children’s authors – Kim Fupz Aakeson (Denmark), Ana Cristina Herreros (Spain) and Matt Haig (UK) – with eligibility encompassing authors of books for ages 8+ and teenagers.


Each author has been commissioned to write an original story to the theme of ‘Journey’, with two anthologies of the works edited by Daniel Hahn to be published in English by Alma Books and in Danish by Gyldendal later this year.


The anthologies will feature drawings from some of Europe’s leading illustrators, including Barroux, Britta Teckentrup, Dave McKean, Ella Okstad, Helen Stephens, Peter Bailey, Satoshi Kitamura, Anke Kuhl, Hanne Kvist, Isol, Joelle Jolivet, Jörg Mühle, Kitty Crowther, Mårdøn Smet, Ole Könnecke, Rotraut Susanne Berner, Sandrine Kao, Serge Bloch, Søren Jessen, Yvonne Kuschel, Adam Stower, Axel Scheffler, Benji Davies, Chris Riddell, Ian Beck, Joel Stewart, Neal Layton, Ross Collins, Tony Ross, Anna Höglund, Barbara Nascimbeni, Cato Thau-Jensen, Charlotte Pardi, Kamila Slocinska, Lilian Brøgger, Moni Port, and Philip Waechter.


The two English language anthologies – Quest: Stories of journeys from around Europe from the Aarhus 39 (for children age 8+) and Odyssey: Stories of journeys from around Europe from the Aarhus 39 (for young adults) – will be launched on Friday 26 May at Hay Festival in Wales.


The project will culminate at this year’s inaugural International Children's Literature Hay Festival in Aarhus, 25 – 29 October. Commissioned by European Capital of Culture Aarhus 2017, and programmed by Hay Festival, it will be the first ever globally recognised children’s literature festival, engaging young people across Europe in a fresh exchange of ideas and conversations. The 39 writers will be invited to spend four days in Aarhus visiting schools and take part in the festival programme alongside the very best of Europe’s writers for young people.


The list was announced at The London Book Fair in a special event featuring two of the Aarhus 39 writers, Katherine Rundell and Sarah Crossan, plus Hay Festival children’s director, Julia Eccleshare, and editor of the upcoming Aarhus 39 anthologies Daniel Hahn. The group discussed the art of writing for children, and how reading stories of lives lived in other countries can influence a new generation with understanding and empathy.


Cristina Fuentes La Roche, International Director at Hay Festival, said:  


“Hans Christian Anderson, Charles Perrault, JK Rowling, Judith Kerr… Europe is home to some of the best writers for young people of all time. In a world that feels increasingly divided, these borderless shared stories unite us in empathy – encouraging us to experience lives lived in other countries and cultures in a way that nothing else can. Aarhus 39 is the next step in this journey – these emerging writers showcase the strength of children’s and YA literature today and we are thrilled to offer a new global platform for sharing their work.”


The Aarhus 39 project builds on three similar festival campaigns Hay Festival has run with the UNESCO World Cities of Literature in Bogotá, Beirut and Port Harcourt, and the Mexico 20 project for The London Book Fair’s UK–Mexico Market Focus 2015. Each of these projects has generated new festivals, new publications and long-tail campaigns that are still supporting a new generation of writers from Latin America (Bogotá 39), the Arab diaspora (Beirut 39) and Sub-Saharan Africa (Africa 39).


Aarhus 39 selection:


1. Ævar Þór Benediktsson – Iceland
2. Alaine Agirre – Spain
3. Aline Sax - Belgium
4. Ana Pessoa - Portugal
5. Andri Antoniou - Cyprus
6. Anna Woltz - Netherlands
7. Annelise Heurtier - France
8. Annette Münch - Norway
9. B. R. Collins - UK
10. Cathy Clement - Luxembourg
11.Cornelia Travnicek - Austria
12. David Machado - Portugal
13. Dy Plambeck - Denmark
14. Elisabeth Steinkellner - Austria
15. Endre Lund Eriksen - Norway
16. Finn-Ole Heinrich - Germany
17. Frida Nilsson - Sweden
18. Gideon Samson - Netherlands
19. Inna Manakhova - Russia
20. Jana Šrámková - Czech Republic
21. Katherine Rundell - UK
22. Katherine Woodfine - UK
23. Laura Dockrill - UK
24. Laura Gallego - Spain
25. Ludovic Flamant - Belgium
26. Maria Parr - Norway
27. Maria Turtschaninoff - Finland
28. Michaela Holzinger - Austria
29. Nataly Savina - Latvia
30. Nina Elisabeth Grøntvedt - Norway
31. Peder Frederik Jensen - Denmark
32. Salla Simukka - Finland
33. Sandrine Kao - France
34. Sanne Munk Jensen - Denmark
35. Sarah Crossan - Ireland/UK
36. Sarah Engell - Denmark
37. Stefan Bachmann - Switzerland
38. Stefanie de Velasco - Germany
39. Victor Dixen - France


Hay Festival brings readers and writers together in conversation in sustainable events around the world – sharing stories and ideas to inspire, examine and entertain, inviting participants to imagine the world as it is
and as it might be. This year marks the festival’s 30th anniversary; dreamt up around a kitchen table in Hay-on-Wye in 1987, the unique marriage of exacting conversations and entertainment for all ages has travelled to editions in 30 locations, from the historic town of Cartagena to the heart of cities in Peru, Mexico, Spain and Denmark.


Hay Festival Wales takes place Thursday 25 May – Sunday 4 June 2017. Visit www.hayfestival.com for more information.


International Children’s Literature Hay Festival – Aarhus 39 takes place 25 – 29 October with the support of Literature Across Frontiers and the British Council. Visit www.hayfestival.com/aarhus39 for more information.




mercredi 8 mars 2017

Le roman annuel de printemps !

Aujourd'hui 8 mars sort en librairies Envole-moi, mon dernier roman ados Casterman. 
Une belle couverture soleil, douce comme le sable de Tahiti (bien sûr) et un très beau titre emprunté à Jean-Jacques Goldman, qui a bien voulu qu'on le réutilise. 




Vous n'y trouverez pas de lagon ni de cocotiers, mais un lonesome guitariste ténébreux, une jeune parapentiste incollable en western des années 70, un vide-grenier pour les faire se rencontrer, Lou Reed et les Pixies à fond, de la danse qui résonne comme un défi et beaucoup, beaucoup d'amour (mais qui ne dégouline pas, rassurez-vous). 






J'espère qu'il vous plaira ! 


Extrait 

Je n’ai pas remarqué Joanna tout de suite.
Au départ, j’étais trop absorbé dans l’installation de mon stand : PSP, jeux vidéo, DVD et collection de Tom-Tom et Nana bien en évidence (une valeur sûre, récupérée chez la voisine), boites de playmobils savamment entassées en pyramide, biographie de Jimmy Hendrix (je l’ai en double) et vieilles tablatures de guitare disposées en éventail devant un saladier rempli de mini-snickers.
Ce n’est qu’après avoir fini de vérifier toutes mes étiquettes et pris des décisions commerciales stratégiques (du genre « 1 livre offert pour 5 achetés ») que j’ai commencé à pouvoir envisager la vie en dehors des six mètres carrés qui m’avaient été attribués. 
J’ai d’abord examiné les stands qui me côtoyaient, avec l’œil méfiant du commerçant qui jauge la concurrence. A ma droite, une femme en blouse fleurie vendait un tas impressionnant d’articles de puériculture. Le lit, la poussette, la chaise bébé et les valises sous les yeux allaient par paire, j’en déduisis que ses enfants aussi. À ma gauche, une fille de 14/15 ans, plus gothique qu’une cathédrale vouée à l’Antéchrist, surveillait ses Barbie en mâchant méchamment du chewing-gum. Je me suis demandé quelle gamine de 6 ans allait bien pouvoir s’en approcher autrement qu’en y étant poussée par un grand frère sadique ou des parents maltraitants. La gothique a brusquement tourné son air lugubre et son mâchonnement vers moi, avant de se mettre à me reluquer avec une mine sinistre et gourmande à la fois.
Par réflexe, j’ai aussitôt reporté mes yeux n’importe où ailleurs, en l’occurrence en face de moi, de l’autre côté de l’allée. 
Et là, BAM. La claque de ma vie.
Et pourtant, on peut dire que je m’y connais, en matière de jolies filles. En quinze ans, je dois dire que j’en avais embrassé un paquet. Mais aucune, ni Jenny (the bombe du collège, toutes classes confondues), Sarah, Vanessa et Malika (meilleurs souvenirs en « -a »), Margot et Louise (stage guitare de l’été dernier) ou même l’incroyable Alizée (la fille de la voisine de mes grands-parents, 2 ans de plus que moi, mon premier « vrai » flirt avec les mains et tout,  et accessoirement, copine officielle  de Luc, mon grand frère) n’avait réussi à me troubler autant. En trois millisecondes, elle avait réussi à faire disparaître toute trace de salive de ma bouche, à me vriller l’estomac comme on essore une serviette mouillée, à me faire palpiter le cœur jusque dans les globules. C’était comme si j’avais perdu la télécommande de mon corps et qu’un savant fou avait décidé de tester toutes les combinaisons de touches à la fois.
Un type haut comme un mur s’est arrêté devant mon stand, a plongé une main velue dans le saladier de snickers en marmottant des remerciements, avant de se lancer dans un examen minutieux de mes boites de playmobils.
- C’est la série de 1983, ton bateau pirate ?
Je me suis contenté de hausser les épaules, tout en me penchant sur la droite pour m’assurer que la fille était toujours de l’autre côté, que je n’avais pas rêvé, qu’elle n’était pas une mystérieuse apparition au milieu d’un bric-à-brac d’occasion, façon Madone des Vide-greniers, Icône des débarras. Elle avait une moue très singulière, légèrement boudeuse, et un air à la fois vulnérable et déterminé, qui me parut complètement irrésistible, comme celui d’un petit chat décidé à obtenir du lait.
En fait, elle ressemblait à Lana Del Rey. En mieux. Non, c’était plutôt Lana Del Rey qui lui ressemblait.
Tandis que sidéré et émerveillé, j’admirais l’évidence, le mur, lui, continuait son monologue :
- C’est la seule qui manque à ma collection, alors tu comprends, si je la trouvais…
Derrière ces mots transparents, la fille était toujours là, entre les iron men en plastique et le bouquet de chapeaux, avec ses épaules à la rondeur nacrée, ses lèvres charnues, ses mèches de chocolat qui éparpillaient la lumière tout autour.
Il y avait quelque chose en elle que j’étais incapable de décrire. J’ai pensé à cette histoire de nombre d’or dont nous avions parlé en arts plastiques, cette proportion précise que l’on évoque pour expliquer le mystère de la beauté. Voilà, c’est ça, elle avait le nombre d’or posé sur son visage. Elle a placé un casque de musique sur sa tête, geste d’une banalité extrême, qui, chez elle, confinait au sublime. Le casque s’était fait couronne de fleurs bleutées, le bric-à-brac  dorures et cathédrale, et je m’attendais à ce que deux tigres viennent indolemment se coucher à ses pieds, exactement comme dans le clip de son sosie.
- Si jamais tu connais quelqu’un qui vend le bateau pirate de 1983, appelle-moi, a déclaré le type en tendant une main  à travers les brumes baroques de mon hallucination.
D’un geste impatient, j’ai attrapé la carte de visite et l’ai fourrée dans la poche arrière de mon jean, tout en continuant à jeter des petits coups d’œil furtifs à la fille. Elle avait une façon bien à elle de vivre la musique. Sa tête restait immobile, mais je percevais très bien qu’elle était partie, transportée par les notes, les vibrations dans sa poitrine. Je me suis demandé ce qu’elle pouvait bien écouter. Peut-être un solo de Jimi Hendrix.
C’était complètement surréaliste. A 15 ans, je venais de rencontrer la femme de ma vie. 




mercredi 11 janvier 2017

12 janvier, journée....

A priori, il existe 309 "journées mondiales" par an. 

Journée mondiale du migrant et du réfugié.
Journée mondiale sans pantalon. 

Journée mondiale de sensibilisation aux passages à niveau. 
Journée mondiale du lavage de main. 
Journée mondiale du handicap. De l'épargne. De la santé bucco-dentaire. Du pull de Noël. 

Je ne sais pas ce qui est le plus insupportable / absurde dans ce concept de journée. Que les réfugiés, le handicap ou les violences y côtoient le doudou les pâtes ou les serviettes, ou l'hypocrisie et la contradiction intrinsèque dans le fait même de célébrer ces thématiques...et cela même si j'imagine bien que certaines de ces journées sont un moyen comme un autre pour parler de certaines causes. Bref, vous l'aurez compris, la journée de la femme ou de la gentillesse, j'adhère moyennement. 

Mais ce matin, je suis d'humeur légère (mes enfants ne se sont que moyennement étripés dès le petit déjeuner, voyez, il en faut peu à mon bonheur) donc j'ai envie, une fois n'est pas coutume, de m'amuser de la journée of the day. 






Hé oui. Aujourd'hui, c'est le Kiss a ginger day  ....instauré suite à la création de la journée, très premier degré malheureusement, du Kick a ginger day, lancée en 2008 par un jeune canadien certainement très très intelligent et riche, humainement parlant. 

Donc, ma porte est ouverte. Faites-vous beau et venez me faire la bise.  
Enfin pas si vous avez mangé des tripes à l'ail, ou que vous avez une gastro carabinée.
Là vous pouvez vous contenter de m'embrasser par internet. 

Et si vous êtes trop loin/ que vous n'avez pas internet/que vous n'avez pas du tout envie de m'embrasser, vous pouvez toujours vous faire pardonner en contribuant à votre manière à cette fantastique journée en achetant un subliiiiiiime ouvrage illustré à la gloire de la flamboyance capillaire de la rousseur. Oui. Tous les droits seront intégralement consacrés à l'achat de shampoing bio ultra brillance pour mes beaux cheveux roux. Fu fu fu. 





La couronne, 
aux éditions Alice Jeunesse
illustré par Andrea Allemano. 


[...]  "Comment faire de sa différence une force, voilà le sujet de cet album qui allie de façon très pertinente l'illustration au texte qui avec peu de mots donne une réelle justesse à l'émotion.[...]"



[... ]Cet album traite de sujets très forts mais de manière très bien adaptée aux enfants. Les textes sont simples et vont droit au but sans choquer. 
En conclusion, je pense qu'on peut dire que ce petit bijou est un coup de coeur ! Les illustrations aux teintes chaudes et les sujets difficiles traités de manière simple auront eu raison de moi. Un très bel album que je ne peux que conseiller ! [...]
source


D'autres avis ici 




Bon, la lumière n'était pas top hier lorsque j'ai pris les photos (et oui je l'avais bien dit qu'il fallait rester à Tahiti), mais voici tout de même un aperçu...








Voilà ! Bonne journée ;-) 
Et pour finir, un petit concours pour gagner un exemplaire de la Couronne...Dites moi sur facebook (ou ici en commentaire), quel famous ginger vous voudriez embrasser aujourd'hui.....tirage au sort dans quelques jours ! 


edit ! merci à tous ceux qui ont joué, surtout sur facebook ^^, c'est la blogueuse Ségolène qui a été tirée au sort...bravo Ségolène ! 

jeudi 8 décembre 2016

Montreuil 2016

Comme chaque année, un bref petit message post-Montreuil ! 

Merci à tous les adorables lecteurs et lectrices qui se sont déplacés pour venir me voir et m'adresser leurs si gentils mots. 
Un grand merci notamment à Marielle et les étoiles de ses yeux.  

Merci également aux parents de Léa qui m'ont permis de constater que mes talents de commerciales étaient encore OK (j'ai dédicacé Trois frères pour un seul trésor, une histoire de disputes entre frères... à leur fille unique)















                                

Audrey, la talentueuse blogueuse du Souffle des Mots 
(vous connaissez certainement sa chaîne Youtube, si non, c'est là   https://www.youtube.com/user/lesouffledesmots,
après, vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas quoi lire
)







                             
Lysandre, Jalal et Lauryann et au milieu,
une auteur dans une pause pas du tout empruntée. 



A l'année prochaine ! 

lundi 28 novembre 2016

Noël à Tahiti

Six mois après avoir quitté le fenua, j'y pense encore tous les jours !
Je suis hystérique quand, au magasin bio, je trouve des mangoustans, des papayes ou des feijoas 

via GIPHY


j'écume les épiceries asiatiques pour trouver des uru (je dois être connue dans toute la ville comme "la folle au fruit de l'arbre à pain"), je danse tous les mercredis sous les indications de la divine Tahia, notre professeur de Ori Tahiti exilée ici (pareil qu'à Papeete, sauf qu'on danse avec un pull, une écharpe et des chaussettes en plus du paréo. Et la goutte au nez).
Alors quand je peux glisser un peu de Polynésie dans mes textes, je suis tout à fait parfaitement positivement très contente. 


Le magazine Manon de décembre, nouvelle formule, emmènera donc ses lecteurs dans un décor de Noël un peu....réchauffé !




admirez l'à -propos de la mise en scène





Dans cette histoire, la maman d'Orama rêve d'un noël blanc....et la petite héroïne est bien déterminée à lui offrir. Reste à trouver comment !


Les illustrations, très douces, très réussies et surtout très fidèles, sont de Nathalie Ragondet. 







Le numéro comprend entre autres un petit reportage sur Juliette, une lectrice de Tahiti, qui nous parle de son quotidien. Elle explique que, elle aussi, elle rêve d'un Noël enneigé sous le fare pote ! Aaah, le fare pote....






Un numéro qui colle pile poil à l'actualité cinématographique, puisque le Disney de Noel, Vaiana ou la légende du bout du monde, se déroule dans le Pacifique. 
Pour l'avant-première, ce week-end, notre troupe de Ori Tahiti a d'ailleurs ouvert la séance avec un spectacle haut en couleurs. Hot ça, comme on dit là-bas ;-) 



Bref, merci à Annabelle de Milan Presse, pour sa confiance toujours renouvelée et bon vent à cette nouvelle formule de Manon, très sympa et dynamique. 



Magazine Manon N° 145, 6-9 ans
Décembre 2016

Milan Presse